Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A Accolay, la famille Robin pratique la joute nautique depuis des générations

dimanche 26 août 2018 à 6:05 Par Maïwenn Bordron, France Bleu Auxerre

Ce dimanche, le village d'Accolay près d'Auxerre accueille la 22è édition des joutes nautiques. L'occasion de faire connaître ce sport qui se pratique sur des barques et qui consiste à faire tomber l'adversaire dans l'eau. Rencontre avec la famille Robin, jouteurs depuis plusieurs générations.

La famille Robin, à Accolay, pratique la joute depuis des générations. De gauche à droite, Sandrine Robin, son fils, Alexandre, Claire, sa belle-fille et Charlotte, sa nièce.
La famille Robin, à Accolay, pratique la joute depuis des générations. De gauche à droite, Sandrine Robin, son fils, Alexandre, Claire, sa belle-fille et Charlotte, sa nièce. © Radio France

La famille Robin a la joute dans le sang. Il y a d'abord Sandrine Robin, la mère, sept fois championne de France de joute nautique et présidente de la société de joutes accoloises depuis presque vingt ans. Tous les ans, avec son association, elle organise une démonstration de ce sport traditionnel à Accolay, près d'Auxerre. C'est un événement dans ce village de 400 habitants : une trentaine de jouteurs est attendue ce dimanche après-midi, sans compter le public qui vient pour admirer le spectacle sur les bords de la Cure.

Fête de la joute nautique à Accolay, l'année dernière. - Radio France
Fête de la joute nautique à Accolay, l'année dernière. © Radio France - Kevin Dufrêche

Ce dimanche, pour la 22è édition, Sandrine Robin compte bien transmettre sa passion de la joute nautique aux spectateurs. Car chez les Robin, on est jouteur de génération en génération. La liste est longue : "mon frère, ma sœur, mes trois enfants, ma nièce, mon père, mon grand-père, mon arrière-grand-père, je suis issue d'une famille de jouteurs". L'un de ses aînés, Alexandre, 19 ans, est également double champion de France de joutes nautiques. Il s'est même fait tatoué la devise de son club "Combat, respect et humilité". "Moi, j'ai fait tous les déplacements avec mes parents, de mes un an jusqu'à mes cinq ans. A partir de cet âge-là, ma mère m'a autorisé à jouter", raconte Alexandre, cuisinier de profession. Depuis la passion n'est jamais vraiment retombée. 

La joute, "une identité familiale"

Le week-end prochain, Alexandre va même participer aux championnats de France de joutes nautiques, organisé cette année à Vigneux-sur-Seine, dans l'Essonne. Le jeune jouteur sera bien entouré, il y aura notamment Claire, avec qui il est en couple depuis cinq ans. Elle participe à tous les événements de la famille mais n'a jamais testé ce sport, qu'elle trouve parfois un peu violent.  "Quand j'ai fait la connaissance d'Alexandre, j'ai tout de suite compris que la joute dans la famille était ultra-importante. Ils sont quasi tous jouteurs ou l'ont été. Quand on va dans leur maison, il y a des trophées, des photos, des tableaux, c'est vraiment une identité familiale", décrit la jeune fille de 21 ans.

Un sport en quête de nouveaux adeptes

La famille Robin espère que cette identité liée à la joute ne disparaîtra jamais. Sandrine Robin a toutefois quelques craintes quant à la "relève" : aujourd'hui, son association compte une quinzaine de membres et peine à en attirer de nouveaux. "On a eu jusqu'à soixante adhérents.  Aujourd'hui, c'est différent avec internet et les consoles de jeu. Nous, quand on était jeunes, notre occupation, c'était les joutes. On n'avait qu'une hâte, c'était de jouter : le mercredi et le vendredi, il y avait entraînement de joute. On était au pied de la grange et on attendait que ça", se remémore-t-elle, sans cacher sa nostalgie. Sandrine Robin va donc redoubler d'effort pour faire connaître ce sport, désormais indissociable du village d'Accolay. En attendant, elle peut compter sur sa tribu, aussi passionnée qu'elle. "C'est un sport qui m'a tout de suite plu. Il faut vraiment tenir quand on perd, il faut savoir être fort : moi j'en fais depuis toute petite et je ne peux pas m'en séparer", confie Charlotte, sa nièce, qui joute depuis l'âge de 13 ans. Elle a d'ailleurs commencé à prendre la relève de sa tante : elle commente régulièrement les joutes nautiques au micro.