Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Charles Aznavour est mort

A Albertville, "Aznavour était un phare"

mardi 2 octobre 2018 à 8:55 Par Christophe Van Veen, France Bleu Pays de Savoie

TÉMOIGNAGE - Ancien adjoint à la Culture et aux Sports à la ville d'Albertville, Edmond Aslanian est marqué par le décès de l'artiste qui a si bien défendu la communauté arménienne.

Edmond Aslanian
Edmond Aslanian © Radio France - Christophe Van Veen

Albertville, France

Que retenez-vous de Charles Aznavour ?

L'amour qu'il avait de la langue française, comment il la maniait, comment il la magnifiait. Lui et moi, nous avons prononcé nos premiers mots en arménien avec des parents qui parlaient très peu le français, mais qui avaient le désir de s'intégrer, une passion pour la France, notre pays d'accueil. Tout en gardant nos origines bien sûr. 

Ce que vous aimez chez lui, c'est aussi l'homme politique arménien...

Après l'indépendance de l'Arménie en 1989, il s'est extrêmement impliqué, et c'était très important. Au point d'avoir des fonctions officielles d'ambassadeur. Il a joué le jeu de façon sincère et totale. Lorsqu'on se rend en Arménie, on est frappé par les statues de Charles Aznavour dans les rues, c'est incroyable ! 

Il y a quelques années, j'étais en vacances avec mes enfants sur une place très connue, place de la République et tous les soirs, on assistait à un "son et lumières" avec des chansons. Pendant les chansons d'Aznavour, il y avait un tel recueillement, les gens chantaient, c'était fou.

Aznavour, l'ambassadeur de l'Arménie dans le monde entier...

Pour nous, c'était un phare. Parfois, il faut reconnaître que c'était un peu agaçant. "Ah vous êtes Arménien ? Comme Aznavour !" (rires)  J'ai entendu ça toute ma vie, dans le monde entier, dans chacun de mes voyages. Mais c'est vrai que pour le rayonnement de l'Arménie et de la France, Charles Aznavour était une référence. 

Vous vous souvenez de la dernière fois où vous l'avez rencontré ?

Je l'ai vu plusieurs fois en concert, mais la dernière fois, c'était particulier, c'était à Albertville, à la Halle Olympique, il y a une dizaine d'années. Au culot, j'avais demandé à son producteur s'il était possible de le rencontrer pendant l'entracte. 

Charles Aznavour a accepté, il nous a reçu, avec mon épouse, dans sa loge pendant cinq minutes. Très gentil, très simple, très aimable. Il nous a demandé d'où nous étions, on a parlé de la communauté arménienne. Un beau souvenir. Et sur scène, c'était remarquable, comme toujours. On s'était régalé.  On était tout content de l'avoir à Albertville. La salle était bondée évidemment.    

  - Visactu
© Visactu