Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A Dijon, des ateliers pour apprendre à faire sa propre moutarde

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est le succès de l'été à Dijon, avec des carnets de réservation bien remplis : depuis le mois de juin et jusqu'en octobre, l'office de tourisme de Dijon Métropole propose des ateliers de moutarde, en partenariat avec la moutarderie Edmond Fallot.

Au fond du mortier, la moutarde commence à prendre forme
Au fond du mortier, la moutarde commence à prendre forme © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Et si vous faisiez vous-même de la moutarde ? C'est l'activité que propose cet été l'office de tourisme de Dijon Métropole, en partenariat avec la moutarderie beaunoise Edmond Fallot. Les participants, enfants et adultes, apprennent à préparer leur propre moutarde. Les ateliers se tiennent quatre jours par semaine dans une salle de l'hôtel Chambellan, vénérable hôtel particulier médiéval, rue des Forges, où tout le matériel nécessaire est installé

La moutarde de Dijon, un condiment qui traverse les siècles

Pauline, de l’office de tourisme, a suivi une formation spéciale à la moutarderie Fallot. Elle commence par une présentation de l’histoire de la moutarde, une très vieille institution gastronomique à Dijon : "Le XVe siècle, c’est le grand siècle des ducs de Bourgogne, qui va enrichir la ville de Dijon et la région. Ce qui fait que la société dijonnaise est assez riche pour pouvoir consommer de la viande à tous les repas. Ce qui veut dire aussi beaucoup de demande en moutarde". Au fil du temps, le condiment est devenu une spécialité de la ville, au point qu’au XVIIIe siècle, fabriquer une mauvaise moutarde était passible de fortes amendes.

Des graines, du vinaigre, du sel et quelques efforts

Les participants sont ensuite invités à manier pilons et cuillères pour faire leur propre petit pot de condiment. Le moment le plus difficile de la préparation, c’est quand il faut écraser les graines dans un mortier. Elles sont minuscules, mais assez résistantes pour demander de longues minutes d’efforts à cette touriste qui souffle un instant, en se frottant le poignet : "Il faut sortir les muscles ! Ça commence à faire une poudre jaune, et il y a moins de craquements de graines". 

Ne reste plus qu'à ajouter du vinaigre de vin blanc et une pincée de sel. Anouk, 6 ans goûte la pâte obtenue et fait la grimace : "C’est bizarre, je ne trouve pas que ça a trop le goût de la moutarde. On attendra, je crois qu’il faut laisser un peu reposer". Effectivement, Il faut laisser reposer la moutarde une bonne semaine afin qu'elle prenne toute sa saveur et perde le piquant superflu. Lili, 7 ans, a ajouté à la sienne de la poudre de pain d'épices, et la trouve à son goût. Elle, la moutarde qu’elle préfère, c’est celle au miel.

Une activité en famille, ludique et instructive - Radio France
Une activité en famille, ludique et instructive © Radio France - Jacky Page

Je pense qu'on essaiera d'en refaire à la maison - Sandrine, touriste

Sandrine vient du Vaucluse. Avec son mari et leurs enfants, elle fait du tourisme à Dijon et vient de faire une belle découverte : "ça nous a paru assez simple, il y a très peu d’ingrédients de base. C’est un condiment qu’on utilise régulièrement, et dont on a appris l’origine et la fabrication. Il y a beaucoup de façons de l’aromatiser. Je pense qu’on essaiera d’en refaire à la maison".

Après l’atelier, les participants sont invités à passer à la boutique de la moutarderie Fallot, à deux pas de là, rue de la Chouette, où chacun reçoit un petit pot de moutarde. Mais il est difficile de résister à la tentation de quelques emplettes : "On propose 34 sortes de moutardes différentes", précise Florine Humbert, responsable du magasin, enchantée de ce partenariat avec l’office de tourisme. La boutique n’offre pas l’espace nécessaire pour pouvoir y organiser les ateliers. Avec une capacité maximale d’une quinzaine de personnes par session, le carnet de réservation affiche régulièrement complet.

Les ateliers moutarde durent une heure et quart. Ils sont proposés les mardis, mercredis, vendredis et dimanches à 11 heures et 17 heures jusqu'en octobre. C'est sur réservation, sur le site www.destinationdijon.com, et ça coûte 10 euros pour les adultes, 5 euros pour les enfants.

Choix de la station

France Bleu