Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A Douai, une quincaillerie vieille de 190 ans fait de la résistance face aux centres commerciaux

-
Par , France Bleu Nord

Le magasin "à l'homme de fer" fête cette année ses 190 ans, rue de Bellain, dans le centre-ville de Douai, dans le Nord. Cing générations de Desfontaines se sont succédés, Vincent, l'actuel propriétaire fait tout pour conserver l'âme de ce commerce et le bâtiment de style Art Déco.

Vincent Desfontaines, pose aux côtés de l'enseigne "fétiche" de son magasin
Vincent Desfontaines, pose aux côtés de l'enseigne "fétiche" de son magasin © Radio France - Stéphane Barbereau

Douai, France

C'est l'histoire d'une dynastie de commerçants, la famille Desfontaines : Séraphin-Joseph a crée le magasin, en 1829 en se mariant avec Pauline Delacroix, la fille d'un ferblantier, un artisan qui travaillait les ustensiles en fer blanc (de l'acier recouvert d'étain). Alfred, Victor, un autre Victor et Vincent ont ensuite pris le relais : 

C'est assez exceptionnel de maintenir ce magasin pendant 190 ans, avec passion.

La devanture du magasin "A l'Homme de fer" - Radio France
La devanture du magasin "A l'Homme de fer" © Radio France - Stéphane Barbereau

Passionné, Vincent Desfontaines l'est assurément, sortant avec délectation les albums de souvenir, les cartes postales en noir et blanc, les clichés d'archives du magasin datant du XIXème siècle.

"L'antidrive"

Trouver ce genre de magasin, en plein centre d'une ville moyenne est exceptionnel aujourd'hui : "On a un collègue à Marseille, un autre en Alsace, c'est vrai que c'est très rare", admet Vincent Desfontaines qui ne veut pas se voir comme "le dernier des Mohicans"

Nous sommes peut-être les précurseurs de l'avenir des lieux où on apprécie de vivre, d'avoir du lien social. C'est l'antidrive !

Vincent Desfontaines explique la longévité exceptionnelle de son commerce

Pas de grand liénaire dans le magasin mais des milliers d'articles - Radio France
Pas de grand liénaire dans le magasin mais des milliers d'articles © Radio France - Stéphane Barbereau

On peut compter jusqu'à une centaine de clients par jour. Il y a les fidèles mais il y a aussi ceux qui viennent là parce que leurs parents y venaient déjà comme le raconte Christine, employée du magasin : 

Ils sont contents, ils se rappellent leur enfance ici

Le bâtiment accueille aussi les curieux, comme Abdenour et son camarade Gillian, lycéens douaisiens : 

On est d'ici mais on n'a jamais eu l'occasion de visiter. Je me suis renseigné sur internet et j'ai vu qu'il y avait une grande histoire

Les Douaisiens racontent leur attachement au magasin "à l'homme de fer"

Un immeuble détruit pendant la Grande Guerre

En 190 ans, "A l'homme de fer" en a vécu des histoires. A l'origine, le magasin est situé quelques dizaines de mètres plus loin, dans la rue. En 1905, il s'installe sur le lieu actuel, dans un style Art Nouveau mais le bâtiment est réduit en cendres en 1918 lorsque les Allemands incendient la ville. L'enseigne du magasin va survivre à cet incendie : la statue de l'homme de fer représentant un soldat en armure raconte Vincent Desfontaines : "Par chance, des gens se sont amusés avec le bonhomme et l'ont emporté dans des maisons plus loin qui n'ont pas brûlés".

Le magasin sera reconstruit 11 ans plus tard, dans le style Art Déco par le même architecte que le Palais de Tokyo, à Paris, Marcel Dastugue.

Au fond du magasin, un immense plafond en béton armé parsemé de ronds de verre en forme d'éventail - Radio France
Au fond du magasin, un immense plafond en béton armé parsemé de ronds de verre en forme d'éventail © Radio France - Stéphane Barbereau
Le carrelage en forme d'éventail, rappelle les motifs du plafond - Radio France
Le carrelage en forme d'éventail, rappelle les motifs du plafond © Radio France - Stéphane Barbereau

La partie la plus remarquable du magasin et la plus représentative de l'Art Déco se trouve au fond de la quincaillerie, au plafond : un vaste dôme en béton armé d'une dizaine de mètres de diamètre, parsemé de ronds en verre. 

Dans le magasin se trouvent également deux immenses meubles à tiroirs en bois, héritages de l'occupation allemande pendant la Première Guerre Mondiale : ces meubles ont été fabriqués par les Allemands au titre des dommages de guerre

Deux immenses meubles en bois à tiroirs construits par les Allemands au titre des dommages de Guerre - Radio France
Deux immenses meubles en bois à tiroirs construits par les Allemands au titre des dommages de Guerre © Radio France - Stéphane Barbereau
  • PRATIQUE : l'office de tourisme de Douai organise des visites guidées du magasin ce mercredi 3 avril et le samedi à 17h30. Prix : 5€ plein tarif et 3,5€ tarif réduit.