Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

À Ermenouville, ils construisent à la main la réplique d'une partie de la charpente de Notre-Dame-de-Paris

25 membres de l'association Charpentiers sans frontières travaillent depuis le 1er juillet dans les jardins du château de Mesnil-Geoffroy afin de reconstruire, suivant les méthodes de l'époque, une partie de la charpente incendiée de la cathédrale.

Les charpentiers sans frontières se sont donnés une semaine pour boucler le chantier
Les charpentiers sans frontières se sont donnés une semaine pour boucler le chantier © Radio France - Thomas Schonheere

Ils se sont donnés une semaine pour y arriver. Depuis le 1er juillet, des membres de l'association Charpentiers sans frontières sont installés dans les jardins du château de Mesnil-Geoffroy, à Ermenouville (Seine-Maritime), avec un objectif : reconstruire à l'identique, et suivant les méthodes du XIIIe siècle, la ferme n°7 de Notre-Dame-de-Paris, qui a brûlé avec le reste de la charpente en avril 2019.

"Une sensibilité"

"Ce qu'on propose, c'est une façon de faire, un regard et une sensibilité", résume François Calame, le fondateur de l'association. Car si les 25 charpentiers, venus de plusieurs payes européens, sont à Ermenouville en train de tailler du bois, c'est pour montrer aux autorités en charge de la restauration de Notre-Dame-de-Paris que l'on peut reconstruire la charpente de la cathédrale en utilisant des chênes français et en ayant recours à des techniques artisanales. 

"En France, les techniques à la main ont été oubliées depuis le début du XXe siècle. Or, nous en sommes en train de faire la preuve que ces techniques ont aussi leur valeur si on les choisit. Il ne s'agit pas d'oublier que les machines existent bien sûr, mais l'important c'est d'avoir le choix", poursuit François Calame, qui compte bien montrer le résultat aux autorités en question.

25 charpentiers travaillent sur ce chantier, dans les jardins du château de Mesnil-Geoffroy.
25 charpentiers travaillent sur ce chantier, dans les jardins du château de Mesnil-Geoffroy. © Radio France - Thomas Schonheere

François Calame explique les différentes étapes du chantier

Notre-Dame-de-Paris, avant l'incendie, comptait 25 fermes, ces éléments triangulaires de la charpente qui supportent la toiture. "On a naturellement des plans et des photos qui ont été prises avant que ça brûle, explique Serge, venu de Suisse pour participer au chantier. La hache fait un dessin qui est bien spécifique sur le bois." 

"Il faut de la concentration pour suivre un trait bien précis et de tout mettre d’aplomb", explique Habib, en train de tailler une poutre avec sa doloire, une hache de charpentier. "Il y a un côté sculptural qui me plaît beaucoup", renchérit Léo, un autre charpentier sans frontières.

"Les techniques à la main ne sont pas enseignées", explique François Calame

Anne-Marie Kayali, la propriétaire du château de Mesnil-Geoffroy, a bien entendu accepté tout de suite que ces charpentiers viennent travailler dans ses jardins : "C'est pour Notre-Dame, mais aussi parce que je défends les savoirs anciens et la transmission", explique-t-elle.

Le château de Mesnil-Geoffroy, à Ermenouville (Seine-Maritime).
Le château de Mesnil-Geoffroy, à Ermenouville (Seine-Maritime). © Radio France - Thomas Schonheere

La princesse Anne-Marie Kayali, propriétaire du château de Mesnil-Geoffroy

Une fois terminée, la ferme sera mise à la verticale pour pouvoir être montrée. Si les charpentiers réussissent leur mission, ce sera fait le 7 juillet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess