Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements toujours en vigilance rouge, 54 désormais en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

A Fursac, les masques chirurgicaux sont relookés pour amener un peu plus de légèreté

-
Par , France Bleu Creuse
Saint-Étienne-de-Fursac, France

Dans le cadre de l'événement "Y a pas de Lézart", organisé tout le mois de juillet à Fursac, un atelier permet de fabriquer un masque original à partir d'un exemplaire chirurgical. Un bon moyen de se protéger du coronavirus tout en arborant un masque moins angoissant, parfois à la limite du comique.

Tout est bon pour améliorer un masque : tissus, paillettes, feutres, autocollants...
Tout est bon pour améliorer un masque : tissus, paillettes, feutres, autocollants... © Radio France - Bastien Munch

Difficile d'imaginer que ce sont des masques chirurgicaux qui sont le point de départ de toutes ces oeuvres d'art éphémères. Tissus, feutres, paillettes, autocollants, perles... Tout est bon pour démystifier le masque. C'est l'objectif d'un atelier "fabrique ton masque" organisé par l'association Creuse Toujours samedi 11 juillet, pour l'événement "Y a pas de Lézart" à Fursac, en remplacement du festival du même nom. Sous un chapiteau, un nombre impressionnant de matériels de bricolage sont étalés sur des tables pour que les enfants et leurs parents puissent se servir.

Mila, 4 ans, a déjà trouvé son bonheur. "C'est une bande dorée !", s'exclame-t-elle. "Je vais la couper puis la rajouter à mon masque." La petite fille est ravie de pouvoir décorer ces masques habituellement si austères. "Ils me font souvent peur... Ils sont tout bleus avec plein de trous, ça m'effraie beaucoup." Son père confirme. "Elle n'aime jamais les mettre", explique Benoît. "Du coup, en les décorant, ça permet de faire comme si c'était un jeu. Je suis persuadé que ce sera elle qui insistera pour les mettre désormais parce qu'elle aura plein de masques décorés différents."

Recréer de l'émotion

Mais les adultes aussi se prennent au jeu. Christelle vient tout juste de finir un masque style oriental, avec tissu bleu roi et dentelle dorée. "Avec les masques chirurgicaux, il y a partout cette ambiance d'hôpital", déplore-t-elle. "Là au moins, quand je mets ce masque, on n'a pas l'impression que je côtoie des malades." À côté d'elle, Isabelle a cousu un sourire sur son masque. "On ne voit plus les sourires des gens avec les masques donc on doit les recréer manuellement !"

L’événement « Y a pas de Lézart » se poursuit tous les week-ends du mois de juillet à Fursac.
L’événement « Y a pas de Lézart » se poursuit tous les week-ends du mois de juillet à Fursac. © Radio France - Bastien Munch

"Le port du masque est quelque chose de très violent", abonde Sandrine, bénévole sur le Lézart et animatrice de l'atelier. "Il cache la plupart des expressions de notre visage. Avec cet atelier, on essaie de recréer des émotions, mais sur le masque, avec une expression artistique cette fois-ci." Pour elle, ce projet vient en "rupture" de l'image habituelle du masque chirurgical. "On a envie d'enlever l'aspect angoissant pour que les gens soient plutôt surpris ou amusés par les masques qu'ils croisent dans la rue", continue Sandrine. "À défaut de pouvoir les mettre plusieurs fois, peut-être qu'ils les garderont en souvenir..."

Un concert masqué a été organisé à la suite de l'atelier, le bal prévu au départ ayant été annulé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess