Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A Johannesbourg en Afrique du Sud, Lascaux va devoir se faire un nom

jeudi 17 mai 2018 à 0:27 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

A partir de ce jeudi 17 mai et jusqu'au 1er octobre, l'exposition Lascaux 3 va se dévoiler au public africain. Elle a pris ses quartiers à Johannesbourg, les Sud-Africains vont, pour un grand nombre d'entre eux, découvrir la grotte ornée.

L'exposition Lascaux 3 est installée pour cinq mois au centre Sci-Bono.
L'exposition Lascaux 3 est installée pour cinq mois au centre Sci-Bono. © Radio France - Benjamin Fontaine

Plus que quelques heures avant l'inauguration. Ce jeudi 17 mai, l'exposition "Lascaux révélée" plus communément appelée "Lascaux 3" va se dévoiler aux habitants de Johannesbourg. Les fac-similés sont en effet installés jusqu'au 1er octobre au centre scientifique Sci-Bono.

Installée dans un centre scientifique

L'exposition de près de 1.000 mètres carrés a été installée dans cet ancien atelier qui, jusqu'en 1970, servait à la réparation des tramways. Comme en Asie, en Europe et en Amérique on retrouve les vaches, aurochs, biches et cerfs qui ont fait la réputation de la grotte ornée. Des reproductions en 3D de la grotte et des ateliers avec écrans tactiles permettent de mieux la comprendre. Il y a du travail.

Malgré la présence de plus de 3.000 sites préhistoriques en Afrique australe et une grande diversités d'objets d'art rupestre, les Sud-Africains semblent mal connaître notre "chapelle Sixtine de la préhistoire." En avant-première, quelques étudiants ont pu visiter l'exposition. "Je ne connaissais pas Lascaux je dois l'avouer. Je suis impressionné par la technique utilisée et les couleurs, mais je n'ai pas encore eu toutes les clés pour comprendre," explique Goni, 19 ans. De son côté, Dissiba est un peu déçu par ce qu'il découvre. "Il n'y a pas eu beaucoup de recherches sur l'interprétation des œuvres et c'est dommage. Ici on cherche à expliquer les dessins et gravures du peuple San, c'est important."

Quelques journalistes ont pu visiter l'exposition en avant-première. - Radio France
Quelques journalistes ont pu visiter l'exposition en avant-première. © Radio France - Benjamin Fontaine

A côté de cette exposition, des objets d'art rupestre sud-africains seront présentés au public. Une façon pour le musée de faire découvrir l'histoire Sud-Africaine à travers le patrimoine français. Très optimiste, le directeur du musée Sci-Bono espère attirer un 1,5 million de visiteurs en cinq mois. Plus mesuré, les Périgourdins préfèrent miser sur 50.000 à 100.000 personnes dans une ville qui compte plus de quatre millions d'habitants.

Ces oeufs d'autruche sont exposés avec Lascaux 3. - Radio France
Ces oeufs d'autruche sont exposés avec Lascaux 3. © Radio France - Benjamin Fontaine