Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A la Souterraine, la chapelle du Sauveur est en partie vidée pour devenir un musée

-
Par , France Bleu Creuse

La chapelle du Sauveur de la Souterraine est vidée de la plupart des objets liés au culte. Depuis le départ de la congrégation des Sœurs du Sauveur, l'édifice entame une seconde vie. Il va devenir un musée numérique.

La chapelle du Sauveur va devenir un musée numérique
La chapelle du Sauveur va devenir un musée numérique © Radio France - Camille André

La Souterraine, France

Dans le centre-ville de la Souterraine, la chapelle du Sauveur est en partie vidée. La plupart des objets liés au culte sont retirés de l'édifice depuis plusieurs mois, et entreposés dans l'ancienne maison où habitaient les Sœurs du Sauveur

Les dernières religieuses de cette congrégation ont en effet quitté la ville ces derniers mois. Leur chapelle, qui appartient à la commune, va entamer une seconde vie : elle doit devenir un musée numérique, aussi appelé Micro-Folie

Les crucifix, les chandeliers, les prie-dieu, tout est répertorié et numéroté

Dans la maison qu'ont occupé les religieuses, ces dernières années, rue des fossés aux moines, plusieurs pièces sont encombrées d'objets. Dans la première, se trouve essentiellement le mobilier de la chapelle: une trentaine de chaises qui servaient à la messe, des prie-dieu, des chandeliers, quelques statues de plâtre, etc. 

Deux prie-dieu joliment ouvragés, qui ont été sortis de la chapelle du Sauveur. - Aucun(e)
Deux prie-dieu joliment ouvragés, qui ont été sortis de la chapelle du Sauveur. - Gabriel Jacquier

Dans la seconde, on trouve plutôt les objets du quotidien: un bureau et des petits meubles en bois disparaissent sous des piles de cartons. La congrégation doit en effet se séparer de tous ses biens, afin de vider définitivement la maison. 

Gabriel Jacquier est le gestionnaire de la chapelle du Sauveur. Avec son épouse et sa fille, il a passé un an et demi à répertorier et photographier tous les objets de la chapelle. Depuis novembre 2018, il s'occupe maintenant du déménagement. "Tout est noté. Aucun objet ne sort, sans que je sache où ça va", précise-t-il, liste à la main. 

Le diocèse de Limoges a récupéré les objets les plus précieux

Le diocèse de Limoges a commencé par récupérer les trésors sacrés, qui se trouvaient dans la chapelle: les reliques. L'édifice conservait en effet plusieurs reliquaires, dont ceux de Sainte-Réparate, qui étaient sous une chasse, en forme de tombeau. 

Les reliques de Sainte-Réparate - Aucun(e)
Les reliques de Sainte-Réparate - Gabriel Jacquier

Une fois les protections soulevées, Gabriel Jacquier et son équipe ont pu observer le gisant, c'est à dire la sculpture funéraire qui représentait la sainte. 

Le gisant de Sainte-Réparate - Aucun(e)
Le gisant de Sainte-Réparate - Gabriel Jacquier

Le gisant a été enlevé de son support de velours et les bénévoles ont pu découvrir une caisse de bois, dans laquelle se trouvaient les reliques. Un reliquaire en forme de globe contenait le crâne avec son feuillet d'authentification.

Les reliques de Sainte-Réparate - Aucun(e)
Les reliques de Sainte-Réparate - Gabriel Jacquier

Outre les reliques, le diocèse de Limoges a aussi récupéré les objets personnels de la fondatrice de la congrégation : Mère Marie de Jésus du Bourg. "Elle était la sœur de Monseigneur du Bourg, qui était alors évêque de Limoges au XIXe siècle", rappelle l'abbé André Vénitus, responsable de la commission diocésaine d'art sacré

"Il nous a semblé important de conserver ses effets personnels parce qu'on ne sait pas, peut-être qu'un jour il y aura un procès de canonisation... Et puis c'est l'histoire du diocèse", explique-t-il.

Des objets du culte vont servir dans d'autres églises

Outre les objets précieux, le diocèse de Limoges a aussi récupéré les objets du culte qui pouvaient servir dans d'autres églises: prie-dieu, encensoir, etc. Ainsi les sœurs du Sauveur ont donné un certain nombre d'objets à des religieuses africaines qui arrivent au sanctuaire Notre-Dame D'Arliquet, à Aixe-sur-Vienne. "Les sœurs du Sauveur étaient à Arliquet au départ. C'est assez beau de voir cette continuité", estime l'abbé André Vénitus.

Les objets restants vont être proposés à d'autres paroisses comme celle de Guéret. Gabriel Jacquier, compte aussi prendre contact avec des congrégations plus lointaines, à Nantes, Bordeaux, voire même Lourdes. L'objectif étant de vider complètement la maison.  

Un pincement au cœur

"Il y a toujours un pincement au cœur. Le plus dur, c'est pour les religieuses qui restent, qui sont obligées de fermer cette maison-mère, où on sait qu'il y a eu des générations de religieuses", reconnait l'abbé André Vénitus. 

Sœur Marie-Philippe, fait partie des religieuses de la congrégation qui apportent leur aide pour le déménagement. Elle n'a pas vécu à La Souterraine, mais elle s'y est souvent rendue. Elle confie que le plus difficile, pour elle "c'est de ressentir la peine de certains habitants, face au départ des sœurs". 

Les sœurs du Sauveur avaient en effet installé le siège de leur congrégation à la Souterraine, au milieu du XIXe siècle. Leur couvent comptait une centaine de religieuses, dont les missions principales étaient l'enseignement et les soins hospitaliers. Jusque dans les années 60, elles dirigeaient même un collège avec une centaine de pensionnaires

L'orgue, les stalles en bois, et les vitraux restent dans la chapelle

Même si la chapelle du Sauveur va devenir un musée, elle ne sera pas complètement vidée. Certains objets liés à son passé religieux resteront à l'intérieur, notamment les stalles en bois

L'orgue de 1876 (classé comme objet au titre de Monument Historique depuis 1991), les statues du rez-de-chaussée, ainsi que les autels et le chemin de croix seront aussi conservés. Les vitraux qui ont été refaits à neuf il y a trois ans seront aussi laissés à leur place. 

Le chemin de croix restera dans la chapelle. - Aucun(e)
Le chemin de croix restera dans la chapelle. - Gabriel Jacquier

Des travaux d'aménagement sont actuellement effectués à la chapelle du Sauveur. "Il ne s'agit pas de tout casser, mais seulement de refaire l'électricité, installer internet, améliorer le chauffage etc." explique Etienne Lejeune, le premier adjoint au maire de la Souterraine. 

Les statues du rez-de-chaussée restent aussi dans l'église - Aucun(e)
Les statues du rez-de-chaussée restent aussi dans l'église - Gabriel Jacquier

La mairie de la Souterraine espère pouvoir ouvrir le musée numérique à la fin de l'année 2019, peut-être pendant le marché de Noel

En novembre 2018, pendant un weekend, le public a pu découvrir à quoi ressemblait cette micro-folie. La chapelle du Sauveur avait fait un coup d'essai. Mais ça n'était pas le véritable lancement.

Que va-t-on voir dans ce musée? 

Les micro-folies sont des musées numériques qui peuvent diffuser de la musique et des images en haute qualité visuelle et sonore. Elles ont accès aux œuvres de 12 grands centres culturels français, notamment le Louvre, Versailles, ou encore la philharmonie de Paris. 

A La Souterraine, on pourra donc voir des tableaux très célèbres comme la Joconde, projetés sur les murs. On pourra aussi écouter des concerts. 

Ce projet est porté par le Ministère de la Culture. Il espère ainsi rendre l'art plus accessible. Notamment dans les campagnes. A terme, 200 micro-folies doivent être créées en France.

Par ailleurs les micro-folies sont des réseaux. Cela permettra de promouvoir les richesses culturelles de notre territoire en diffusant par exemple, des images des tapisseries d'Aubusson.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu