Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A Oradour-sur-Glane, une galerie met des visages sur les victimes du 10 juin 1944

mardi 3 juillet 2018 à 21:41 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

La galerie "Visages Oradour" a été inaugurée mardi 3 juillet à Oradour-Sur-Glane. Composée de 532 portraits sur porcelaine, elle permet aux visiteurs de découvrir les visages des martyrs du 10 juin 1944.

Les photos transposées sur des carreaux de porcelaine représentent les visages de 532 des 642 martyrs du 10 juin 1944
Les photos transposées sur des carreaux de porcelaine représentent les visages de 532 des 642 martyrs du 10 juin 1944 © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Oradour-sur-Glane, France

Après une première exposition temporaire en 2014,  une galerie de portraits, permanente cette fois, a été inaugurée mardi 3 juillet.  Les photos, transposées sur des carreaux de porcelaine, permettent de découvrir les visages des 642 martyrs du 10 juin 1944.

"Je suis très heureux, et très très ému de les voir en vrai, en photos ! " Jean-Marie vient de découvrir les visages de deux membres de sa famille sur les petits carreaux de porcelaine. C'est beaucoup d'émotions, né juste après la guerre, il n'a pas connu cette partie de sa famille. Cela fait remonter les souvenirs mais pas seulement. A ses yeux, cette galerie, "Oradour-Visages" est très importante :  "cela permet de montrer ce qu'il s'est passé, de montrer les 642 personnes qui sont mortes ce jour-là". Le 10 juin 1944, les soldats de la Division SS Das Reich ont pillé et incendié le village avant de massacrer les habitants.

Il y a énormément d'enfants - Danielle 

De l'émotion, Danielle et Alain, deux touristes de Carcassonne en ont eux aussi. Devant les petits carreaux ils sont interpellés par un détail : "Il y a énormément d'enfants" observe Danielle avant de poursuivre : "C'est ce qui est le plus touchant ! On voit que les enfants ont été pris, massacrés, comme ça. Il y a même des tous petits, des enfants qui avaient tout l'avenir devant eux".  Un peu plus loin Nicole, venue de Normandie, a du mal à trouver les mots "Ca fait froid dans le dos"

Le 10 juin 1944, 642 personnes ont trouvé la mort à Oradour-Sur-Glane, victimes de la Division SS Das Reich. Parmi elles, près de 200 enfants et nouveau-nés. / Radio France - Radio France
Le 10 juin 1944, 642 personnes ont trouvé la mort à Oradour-Sur-Glane, victimes de la Division SS Das Reich. Parmi elles, près de 200 enfants et nouveau-nés. / Radio France © Radio France - Delphine-Marion Boulle

On ne les oubliera pas  

Susciter l'émotion, mettre un visage, un nom, un âge sur les victimes de la Division SS Das Reich, c'est l'objectif de cette galerie intitulée "Oradour Visages". Elle se trouve d'ailleurs dans un lieu stratégique du mémorial : "elle finit le parcours dans le Centre de la mémoire avant de s'engager dans le village martyr" explique Fabrice Escure , président du Centre de la mémoire d'Oradour. "Nous souhaitions, grâce à cette galerie, que le village ne soit pas réduit à un nombre de victimes. Ici ce sont bien des visages, des photographies qui témoignent de ce massacre" poursuit-il.  
Pour Claude Milord, président de l'association des familles des martyrs d'Oradour, ces photos vont susciter une émotion supplémentaire auprès du public. Elles permettront, aussi, de ne pas oublier les 642 victimes du 10 juin 1944. 

Des victimes dont toutes les photos n'ont pas été retrouvées. Il reste 110 carreaux de porcelaine à compléter. L'occasion pour Fabrice Escure d'inviter toute personne ayant une photo, ou un objet concernant l'un des martyrs à se manifester auprès du Centre de la mémoire.