Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

À Orléans, un réfugié va ouvrir un restaurant de spécialités syriennes

dimanche 14 janvier 2018 à 23:03 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans

Nabil Attar, un réfugié syrien passionné de cuisine a décidé d'ouvrir son restaurant à Orléans. Au menu, spécialités de Damas à base de produits locaux.

Nabil Attar va transformer "L'Authentique" en Narenj, rue de Bourgogne
Nabil Attar va transformer "L'Authentique" en Narenj, rue de Bourgogne © Radio France - Cyrille Ardaud

C'est une jolie histoire qui a pourtant mal commencé, celle de Nabil Attar. Ce Syrien était ingénieur informatique dans une banque mais a été contraint de fuir son pays. Arrivé en France il y a deux ans, il a d'abord travaillé dans une entreprise de transports avant de décider de réaliser l'un de ses rêves : ouvrir un restaurant. Le déclic a lieu l'été dernier lorsque cet amoureux de la gastronomie participe au Refugee Food Festival, un événement permettant à des réfugiés de s'associer à des grands chefs cuisiniers pour concocter des plats de leur pays ou à la jointure entre plusieurs cultures. Il décide peu après de lancer son service de traiteur et va travailler notamment pour la mairie de Paris, mais aussi pour le Théâtre Gérard Philipe à Orléans ou des entreprises privées. 

En lieu et place de l'ancien restaurant L'Authentique

Il y a quelques jours, Nabil Attar a obtenu un local pour se lancer, situé au 178 rue de Bourgogne à Orléans. Jusqu'à maintenant il y avait le restaurant "L'Authentique", fermé depuis un an. Il va très prochainement récupérer les clefs, et d'ici là, il contemple la façade les yeux pleins d'étoiles : "À l'étage il y a la cuisine et un bureau. Au rez-de-chaussée, il y a deux salles, un bar, une petite cuisine pour préparer les Mezze, et une cheminée pour l'aspect chaleureux."

Les Mezze, un assortiment de petits plats, généralement servis pour des occasions festives.  - Aucun(e)
Les Mezze, un assortiment de petits plats, généralement servis pour des occasions festives. - Nabil Attar

Quelques travaux vont devoir être réalisés même si la salle est dans l'ensemble en bon état : quelques petits coups de peinture, un peu de décoration, et surtout, inscrire le nouveau nom sur la devanture. L'établissement s'appellera Närenj, ce qui signifie orange amère  en arabe, un fruit important dans la culture syrienne : "Traditionnellement à Damas, il y avait un oranger dans chaque maison. C'est un fruit très utilisé dans notre gastronomie : on fait des desserts avec la fleur d'oranger, on en fait de la confiture, et le jus est utilisé dans de nombreux plats."

Le traditionnel Houmus, revisité par Nabil - Aucun(e)
Le traditionnel Houmus, revisité par Nabil - Nabil Attar

La cuisine permet de communiquer sans parler la même langue

Le concept de Nabil, une cuisine haut de gamme avec des produits locaux : "C'est la cuisine traditionnelle de Damas. Volontairement ce ne sera pas trop épicé pour que ça plaise aux français. Pour moi, la cuisine c'est comme la musique : ça permet de se comprendre et de communiquer sans parler la même langue. Quand je partage mes plats, j'essaie d'ouvrir une porte sur la Syrie."

Des baklava de Damas à la pistache et noix de cajou - Aucun(e)
Des baklava de Damas à la pistache et noix de cajou - Nabil Attar

Et pour rendre cette découverte de la culture syrienne la plus accessible possible, Nabil souhaite proposer des menus entre 12 et 15€ le midi. Le soir, les tarifs seront plus élevés avec des plats plus complexes.

Deux personnes à embaucher pour compléter l'équipe

Dans cette aventure, Nabil n'est pas tout seul. Il travaille avec Sousana, son épouse qui sera en salle. Il compte également engager un commis et un(e) serveur-se.  Une jolie réussite pour une famille qui a vécu un parcours du combattant. 

À leur arrivée en France fin 2015, ils font une demande d'asile. Ils obtiennent la protection subsidiaire : une carte de séjour temporaire d'une durée d'un an renouvelable. Mais ils font appel et sont finalement reconnus réfugiés avec une carte de résident de dix ans. La plus grande difficulté selon Nabil ? "Ce sont les formalités. Faire tous les papiers en français."

Le restaurant devrait ouvrir d'ici deux mois, et Nabil a encore un peu de mal à le croire "C'est le restaurant de mes rêves" affirme t-il en souriant.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans

Vous pouvez suivre l'évolution du projet de Nabil sur sa page Facebook