Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Pau, 10 000 personnes ont défilé au Carnaval Biarnés ce week-end

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu

10 000 personnes ont défilé ce samedi à la grande parade. La fête a été ternie par l'incendie, à 6 heures le matin, de Sent Pançard qui ne devait être officiellement brûlé qu'après son procès, à 18 heures. Il a quand même pu être jugé puis brûlé en bonne et due forme, comme chaque année.

La foule s'est rassemblée devant la mairie pour recevoir les clefs de la ville et commencer le traditionnel défilé.
La foule s'est rassemblée devant la mairie pour recevoir les clefs de la ville et commencer le traditionnel défilé. © Radio France - Manon Claverie

"Carnaval, c'est toujours le moment où l'on dénonce tant les choses rigolotes de notre société que celles qui nous préoccupent", lance Maéva, administratrice du Carnaval. Le gouvernement en a pris pour son grade, dès la Sèga - la barricade des cols blancs qui veulent empêcher Sent Pançard d'entrer dans la ville - interprêtée sur le boulevard des Pyrénées en début d'après-midi. "Avoir ce discours de justice sociale, d'égalité des chances et entre tous était volontaire", poursuit-elle. 

Le public a d'abord assisté à la Sèga, l'arrivée de Sent Pançard dans la ville barricadée par les cols blancs, interprétée sur le boulevard des Pyrénées.  - Radio France
Le public a d'abord assisté à la Sèga, l'arrivée de Sent Pançard dans la ville barricadée par les cols blancs, interprétée sur le boulevard des Pyrénées. © Radio France - Manon Claverie

10 000 personnes ont assisté aux festivités sous le soleil, d'après les organisateurs du Carnaval. "C'est énorme ! Chaque année la Nuit de l'Ours attire 200 personnes de plus que la précédente", se réjouit le co-président de l'association Carnaval Pantalonada qui organisait l'événement, Frédéric Lafabrie. "On arrive à faire des ping-pong culturels. Le langue béarnaise est de plus en plus présente, et en même temps de plus en plus de gens viennent d'en dehors du Béarn. C'est super !" A tel point que l'organisation réfléchit à un nouveau parcours, plus spacieux, pour l'année prochaine. "Par contre nous resterons au Hédas, ça c'est sûr, car le quartier se prête parfaitement à Carnaval", assure le co-président. 

Sent Pançard incendié avant l'heure

La journée du samedi avait pourtant mal commencé pour les organisateurs. Vers 6 heures l'effigie de Sent Pançard, confectionnée depuis des mois par des bénévoles, a été incendiée alors qu'elle ne devait être officiellement brûlée qu'après son procès, à 18 heures. Heureusement elle n'a pas été entièrement détruite et la crémation a pu avoir lieu sur la place de la Libération. Mais Nadège Pehau, co-présidente du Carnaval, avait le cœur lourd. "Cela représente des mois de travail de nos bénévoles dans les ateliers. S'attaquer à ce symbole, c'est fort et douloureux pour nous. J'en parle avec beaucoup d'émotion. On avait choisi de présenter cette année un Sent Pançard un peu différent : il n'avait pas de genre et représentait tout le monde. Ils se sont aussi attaqués à ce symbole en incendiant notre effigie", a-t-elle regretté. 

Les géants se sont ensuite élancés pour la grande parade dans le centre-ville.  - Radio France
Les géants se sont ensuite élancés pour la grande parade dans le centre-ville. © Radio France - Manon Claverie
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu