Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A qui appartient ce pleurant du tombeau de Philippe le Hardi ?

-
Par , France Bleu Bourgogne
Dijon, France

Un pleurant du tombeau de Philippe de Hardi est au coeur d'une querelle entre le Ministère de la culture et une famille. La statuette est dans cette famille depuis deux siècles, mais l'Etat estime que c'est un bien national et demande sa restitution. Le conseil d'état doit trancher.

Le pleurant du tombeau de Philippe le Hardi au coeur de la crise
Le pleurant du tombeau de Philippe le Hardi au coeur de la crise - DR

Il date du XVe siècle, mesure 41 cm et vaut plus de 2 millions d'euros. Ce pleurant du tombeau de Philippe le Hardi crée la discorde entre la famille de Marie-Claude Le Floc'h et le Ministère de la Culture. 

Ca fait maintenant plus de deux siècles que l'ancêtre de Marie-Claude Le Floc'h a acheté cette statuette en albâtre chez un antiquaire dijonnais. Deux siècles qu'elle trône au milieu des maisons de famille : "je l'ai toujours connu, dans la maison de mon grand-père en Bourgogne puis chez ma mère à Neuilly" raconte cette élue de la mairie de Neuilly. 

Avant d'atterrir chez un antiquaire, le pleurant était sur le tombeau de Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne. A la Révolution, le tombeau a été en partie détruit, et des morceaux ont été volés. Le tombeau est aujourd'hui exposé au Musée des Beaux-Arts à Dijon. 

Aucun musée ne veut racheter la statuette

En 2013, à la mort de sa mère, Marie-Claude Le Floc'h envisage d'abord de faire une dation, un don à l'état en échange des droits de succession. Mais elle apprend que la statuette est estimée à plus de 2 millions d'euros, bien plus que la somme dont elle doit s'acquitter. Elle paye donc avec ses soeurs les quelques 800 000€ de droits de succession sur la statuette, et cherche quand même preneur du côté des musées. Aucun dit-elle ne peut ou ne veut racheter le pleurant, même par le biais du mécénat. 

A qui appartient le pleurant n°17 ?
A qui appartient le pleurant n°17 ? - DR

Elle prend alors la décision de la mettre dans une salle des ventes. Mais quand la maison Pierre Bergé demande une autorisation de sortie du territoire, elle reçoit un courrier du Ministère de la Culture qui s'oppose à la vente et met la maison de vente en demeure de lui restituer immédiatement - et gratuitement - le pleurant. 

L'Etat estime en effet que le pouvoir révolutionnaire à l'époque avait émis la volonté de conserver les pleurants dans le domaine national. 

Mais pour Marie-Claude Le Floc'h, "le pleurant a été prêté plusieurs fois, y compris au Musée de Dijon, il est parti à Cleveland, ça n'a jamais posé de problèmes. Il est répertorié dans tous les catalogues comme appartenant à une collection privée." 

Le Conseil d'Etat doit se prononcer au mois de janvier sur ce dossier. Il y a déjà eu deux décisions de justice favorables au Ministère de la Culture. 

Marie-Claude Le Floch avance que d'autres pleurants ont déjà été vendus aux enchères. "Et les pleurants qui sont au musée de Cleveland, l'Etat va demander à les récupérer aussi ?" 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess