Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

A Saint-Fargeau, on se souvient de Jean d’Ormesson

mardi 5 décembre 2017 à 18:39 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre

L’écrivain français Jean d’Ormesson est mort dans la nuit de lundi à mardi, à 92 ans. Il avait passé une partie de son enfance dans l’Yonne, au château de Saint-Fargeau. Un lieu qui, selon lui, a « joué un rôle énorme ». Souvenirs et hommages.

Jean d'Ormesson avait 92 ans.
Jean d'Ormesson avait 92 ans. © Maxppp - Rémi Wafflart

Saint-Fargeau, France

Jean d'Ormesson a passé une grande partie de son enfance dans l'Yonne, au château de Saint-Fargeau, qui appartenait à sa famille jusqu'en 1968. Un souvenir marquant, comme il le disait à la télévision dès 1970 : "Cet endroit a joué un rôle énorme dans ma vie. Le seul endroit avec lequel j’ai eu des liens, c’est celui-ci. C’est ici que je passais mes étés, mes vacances. C’est ici que j’ai commencé à lire : Bibi Fricotin, Arsène Lupin, Mauriac, Hegel, Sartre. Il y a une partie de moi-même qui est et restera toujours attachée à cet endroit", dit-il alors.

Le château : son terrain de jeu d'enfance

Pour ce fils de diplomate, habitué à parcourir le monde, le château de Saint-Fargeau, c'est une certaine forme d'ancrage, un enracinement. Mais en 1968, sa famille se sépare du château pour des raisons financières. Il en parlait à Patrick Poivre d'Arvor, en 2010, dans l'émission La traversée du miroir sur France 5 : "On n’avait plus d’argent pour entretenir le château alors on l’a vendu. Je l’ai vécu comme une libération, car c’était un poids écrasant. Mais ça a été une douleur énorme pour moi, parce que ça a été la mort de ma mère. Ma mère était née là. Sa mère était née et morte là. Sa grand-mère était née et morte là. Et ça remonte comme ça jusqu’au XVIIIe siècle".

Le photographe bourguignon Jean-Luc Petit avait accompagné Jean d'Ormesson à Saint-Fargeau, en 2005, pour ses 80 ans. Cela faisait 15 ans qu’il n’était pas revenu au château. "C’était une journée à l’image de cet homme, c’est-à-dire délicieuse. Evidemment, il y avait de la nostalgie car on est allé sur la tombe de ses parents. Mais comme à chaque fois, il mettait de l’humour et du sourire dans tout ce qu’il faisait, donc il n’y avait rien de pesant. Je pense qu’au fond de lui, il était très ému de tout ça. Mais il le disait très peu". Jean-Luc Petit se souvient aussi d’un déchirement : "En quittant le château, il m’a dit qu’il avait toujours regretté que ses parents aient vendu le château, même s’il comprenait pourquoi. Il a toujours eu un regret".

"charmeur, séducteur, un regard rieur, la joie de vivre" : les habitants de Saint-Fargeau rendent hommage à Jean d'Ormesson

En 1968, la famille de Jean d’Ormesson vend le château à une société belge, avant que Michel Guyot en fasse l’acquisition en 1979. Pour l’actuel propriétaire, le château et Jean d’Ormesson resteront toujours liés : "Ses souvenirs d’enfance ont marqué toute sa vie. Selon lui d’ailleurs, son roman Au plaisir de Dieu qui parlait de sa jeunesse à Saint-Fargeau, était son œuvre majeure", note le châtelain. Le roman Au plaisir de Dieu , fut adapté à la télévision en 1976 et tourné à Saint-Fargeau. Les habitants de la commune en sont encore très fiers.

"Jean d'Ormesson et le château de Saint-Fargeau : une belle histoire" - Le reportage de Delphine Martin

Dans les rues de Saint-Fargeau, il y a ceux qui l'ont croisé, et ceux qui auraient aimé le rencontrer

Dans la rue piétonne, en face du château, l’annonce de sa mort provoque une certaine émotion. Il y a ceux qui l'ont croisé, comme Gilbert, 82 ans. "_Je l’ai rencontré quand il venait à Saint-Fargeau, c’était une personne vraiment sympathique, il aimait la blague. Il n’était pas fier du tout ! On pouvait discuter de tout avec lu_i."

Et puis il y a ceux qui auraient aimé le rencontrer, comme Jean-Louis, le fleuriste : "C’est une personnalité qu’on avait envie de côtoyer, il avait l’air abordable. On sait qu’il venait de temps en temps, mais un peu incognito". Même chose pour Dorine, la coiffeuse, qui ne cache pas son admiration : "Charmeur, séducteur, un regard rieur : c’est la joie de vivre ! C’est toujours une fierté d’être associé à des gens positifs et lumineux. Des gens qui vont vers le haut", note la commerçante. Même le maire de Saint-Fargeau, Jean Joumier, garde un souvenir bien particulier de l'auteur : "C'était vers 1965, j’étais très jeune et j’ai le souvenir d’avoir vu Jean d’Ormesson et sa maman faire une promenade en forêt, dans un cabriolet rose !"

"Le cabriolet rose" : Jean Joumier, le maire de Saint-Fargeau, se souvient de Jean d'Ormesson

Un maire ému mais reconnaissant aussi : "Il a beaucoup fait pour le rayonnement de Saint-Fargeau. L’image de Jean d’Ormesson sera toujours parmi nous, c’est une évidence", poursuit l’élu. A Saint-Fargeau, on sait bien tout ce que l'on doit à l’académicien.

A Saint-Fargeau, le reportage de Delphine Martin

Le château de Saint-Fargeau appartient à Michel Guyot depuis 1979. - Maxppp
Le château de Saint-Fargeau appartient à Michel Guyot depuis 1979. © Maxppp - Olivier Boitet