Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

VIDEO - A Sens, un bas-relief du XVIe siècle en péril va être sauvegardé

-
Par , France Bleu Auxerre

C'est une oeuvre classée au titre des monuments historiques. Le bas-relief dit de "La Madeleine dans le désert" daté de 1567 s'est fortement dégradé. Installé dans l'église Saint-Maurice de Sens (Yonne), il est attaqué par le sel qui s'est formé, à cause de l'humidité, au cœur même du calcaire.

"La Madeleine dans le désert" est un bas-relief en calcaire de Tonnerre daté de 1567, sans auteur connu. Il a été retiré de l'église Saint-Maurice de Sens pour être restauré
"La Madeleine dans le désert" est un bas-relief en calcaire de Tonnerre daté de 1567, sans auteur connu. Il a été retiré de l'église Saint-Maurice de Sens pour être restauré © Radio France - Renaud Candelier

Sens, France

C'est une oeuvre classée au titre des monuments historiques qui va être restaurée à Sens.  Ou plutôt conservée. Car le bas-relief dit de "La Madeleine dans le désert" datant du XVIe siècle s'est fortement dégradé. Il est attaqué par le sel qui s'est formé au cœur même du calcaire.

Des cristaux de sel destructeurs

Il était temps car ce bas-relief en calcaire de Tonnerre daté de 1567 se délite explique Nicolas Pottier, conservateur du musée de Sens : "là on voit les décollements de la partie superficielle de la pierre. Il y a ce système de pollution par des cristaux (de sels) qui fait que de la pierre éclate. On le voit ici au niveau du front, au niveau du côté du cou et plus bas de la gorge. Mais on a quand-même encore une bonne idée de l'iconographie et des symboles religieux qui permettent d'attribuer cette oeuvre à Marie-Madeleine."

Marie-Madeleine, un personnage majeur dans l'Yonne

Dans la bible, Marie-Madeleine est une femme à la vie sulfureuse jusqu'à sa rencontre avec Jésus. Elle fera pénitence dans le désert après sa mort. La basilique Marie-Madeleine de Vézelay conserve ses reliques. C'est donc un personnage important pour l'Yonne qui va être sauvé grâce à l'implication deux étudiantes, dont l'une est sénonaise rappelle Véronique Frantz, adjointe à la culture : "sans ces deux jeunes filles, ce bas-relief serait encore accroché au mur de l'église Saint-Maurice, en train de continuer à souffrir et se dégrader."

Plusieurs parties du personnage se sont déjà détachées en raison de la cristallisation de sel qui soulève la pierre. - Radio France
Plusieurs parties du personnage se sont déjà détachées en raison de la cristallisation de sel qui soulève la pierre. © Radio France - Renaud Candelier

Une oeuvre qui témoigne du rayonnement de Sens à la Renaissance

Agnès Lascaux et Réjane Bonnot, étudiantes à Sciences Po, ont mené un projet d'étude pour sauver cette oeuvre historique majeure explique Agnès : "cette oeuvre est un témoignage de l'importance de la ville de Sens du Moyen-âge à la Renaissance qui était une ville importante dans le bassin parisien. Le bas-relief de la Madeleine en est une belle preuve puisque des œuvres de cette facture, c'est assez rare."

Détail de la Madeleine dans le désert, bas-relief en calcaire de Tonnerre, installé à Sens (Yonne) - Radio France
Détail de la Madeleine dans le désert, bas-relief en calcaire de Tonnerre, installé à Sens (Yonne) © Radio France - Renaud Candelier

Un financement participatif pour sauver cette oeuvre

Pour la sauver, les étudiantes ont récolté 7.000 euros via une opération de financement participatif grâce à 46 mécènes. Reste maintenant la partie la plus complexe, déssaler cette oeuvre en pierre calcaire raconte la restauratrice, Amélie Méthivier : "compte tenu de la nature de la pierre, pour que l'extraction de ces sels soit efficace, il faut qu'on la mette dans un bain. L'eau pénètre le support, elle dissout les sels qui sont à l'intérieur. Mais là, il faut qu'on trouve un moyen de protéger les couches picturales, la peinture."

Un véritable défi pour ce travail de conservation qui devrait durer de nombreux mois. Son coût est estimé à 30.000 euros, dont la moitié sera financée par la DRAC.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu