Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Culture – Loisirs

À toute vapeur dans la vallée de l’Ouche à bord du train touristique

-
Par , France Bleu Bourgogne

L'association du chemin de fer de la vallée de l'Ouche proposait ce 15 août une journée spéciale vapeur, avec trois locomotives qui ont fonctionné de manière cadencée pour transporter les touristes entre Bligny-sur-Ouche et Pont-d'Ouche, sur près de 7 km.

Prêt au départ, le train touristique de la vallée de l'Ouche est ici tracté par une locomotive de 1910
Prêt au départ, le train touristique de la vallée de l'Ouche est ici tracté par une locomotive de 1910 © Radio France - Jacky Page

Bligny-sur-Ouche, France

Depuis 40 ans, l'association du Chemin de fer de la vallée de l'Ouche fait retentir ses coups de sifflet à travers la campagne. Elle fait circuler un train touristique entre Bligny-sur-Ouche et Pont d'Ouche, sur la deuxième voie ferrée la plus ancienne de France, mise en service en 1837. « Elle était destinée à apporter le charbon des mines d’Epinac vers le canal de Bourgogne, qui se trouve à 28 kilomètres d’Epinac », précise Jean-Claude Meyer, le président de l’association, qui en costume de chef de gare surveille l’embarquement des voyageurs. Plus tard prolongée et utilisée aussi pour le transport des voyageurs, la ligne avait été abandonnée dans les années 60.  L’association lui a donc redonné vie sur un tronçon de près de 7 kilomètres.

Une locomotive à vapeur classée monument historique

Elle y fait rouler ses trains touristiques tractés par 6 locomotives. Du lundi au samedi, ce sont les trois locos diesel qui sont en service. Le dimanche et les jours fériés, place aux antiques machines à vapeur, rénovées avec amour. Ce 15 août les trois locomotives à vapeur ont fonctionné de manière cadencée. La plus ancienne remonte à 1910. Baptisée "La Burgonde", elle est conduite par Daniel Chasseau, ancien chanteur d'opéra passionné par le rail depuis sa plus tendre enfance : « c’est une 030 Couillet fabriquée en Belgique ­[…] elle était faite au départ pour tirer les trains betteraviers dans le nord de la France et en Belgique. Et pendant la guerre de 14, elle a fait son service militaire aussi, puisqu’elle a travaillé sur les lignes de front, sur les voies qui servaient à alimenter les batteries de tir, entre autres, et puis transporter des soldats sur le front ».

Au coup de sifflet, le train s’ébranle, tiré vaillamment par la machine plus que centenaire. C’est d’ailleurs la préférée de Daniel Chasseau : « c’est la plus ancienne et c’est celle qui marche le mieux, elle répond au doigt et à l’œil. » Sur la carrosserie, une plaque indique même qu’il s’agit d’un monument historique. « Je peux vous dire qu’on en prend soin. On la cajole. C’est même quelque peu émouvant de savoir que les ingénieurs qui l’ont conçue, les ouvriers qui ont travaillé à sa construction ne sont plus depuis longtemps. La machine est encore là, et on la fait marcher. C’est ça qui est beau ».

Au point de croisement des deux trains - Radio France
Au point de croisement des deux trains © Radio France - Jacky Page

La nostalgie des trains à vapeur

Installés sur des banquettes en bois, les voyageurs sont partis pour une balade d’une heure et demie, aller-retour, à travers la verdoyante vallée de l'Ouche, à une vitesse comprise entre 15 et 20 km/h. Ça laisse tout le temps aux vaches charolaises croisées sur le parcours, de contempler ce train d’une autre époque. Parmi les passagers, Gérard, venu de la région lyonnaise. Féru de chemin de fer, cet ancien ingénieur a lui-même construit son propre petit train. Il ne rate jamais une occasion de découvrir les trains touristiques à vapeur : « ça me rappelle mon enfance, aussi, quelque part, puisque j’ai eu la chance quand j’étais jeune, de connaître les locomotives à vapeur. Par le biais des trains touristiques, c’est un moyen de retrouver un peu cette ambiance qui m’a marqué».

Deux locomotives en attente de départ - Radio France
Deux locomotives en attente de départ © Radio France - Jacky Page

Si vous aussi, vous avez la nostalgie des trains d’autrefois, vous pourrez embarquer jusqu'au 30 septembre à bord du train touristique de la vallée de l'Ouche.