Culture – Loisirs

Adèle Haenel : "le théâtre, une forme joyeuse de politique"

Par Anne Oger, France Bleu Orléans jeudi 3 novembre 2016 à 10:14

Adèle Haenel lors de la cérémonie des Césars en février 2015
Adèle Haenel lors de la cérémonie des Césars en février 2015 © Maxppp - Etienne Laurent

La comédienne Adèle Haenel, César de la meilleure actrice pour son rôle dans "Les Combattants" en 2015, est au Théâtre d'Orléans, pour une création du Centre Dramatique National, "L'abattage rituel de Gorge Mastromas". Elle retrouve le CDN d'Arthur Nauzyciel, où elle avait débuté

C'est à Orléans, en 2012, qu'Adèle Haenel avait fait ses débuts au théâtre. C'était dans "La Mouette" de Tchekhov, dans une mise en scène d'Arthur Nauzyciel. "Je suis d'autant plus heureuse de retrouver le CDN d'Orléans, Arthur il fait partie de ma famille" dit Adèle Haenel, "et pour moi ça compte beaucoup la fidélité, la loyauté". A 27 ans, Adèle Haenel enchaîne les rôles au cinéma, elle est toujours à l'affiche du dernier film des frères Dardenne, "La fille inconnue", dans lequel elle joue une jeune femme médecin, qui n'ouvre pas la porte de cabinet un soir, et qui apprend le lendemain la mort de la femme qui avait sonné. Et l'un de ses derniers tournages, c'était aussi à Orléans, un film qui sortira en 2017, qui s'appelle "120 battements par minute", et qui retrace la création d'Act dans les années 80, l'association militante de lutte contre le Sida.

Gorge Mastromas c'est un type normal qui au fil de ses choix, devient un individu totalement adapté au monde capitaliste et en même temps un salaud intégral, extrêmement seul

La jeune femme revient, donc, au CDN, pour une pièce de l'anglais Dennis Kelly, mise en scène par Maïa Sandoz, "l'abattage rituel de Gorge Mastromas". Ce Gorge est un drôle de type, plutôt honnête et qui un jour bascule dans le mensonge, la corruption, pour devenir un patron fortuné, symbole d'un capitalisme sans foi ni loi. "Moi ce genre de réflexion ça me touche, et pour moi le théâtre c'est une forme joyeuse de politique. Ca n'est pas du divertissement, je n'aime pas ce terme, il me met mal à l'aise, ça voudrait dire qu'on divertit quelqu'un pourquoi, pour l'empêcher de penser ? Au théâtre on arrive avec notre propos, mais c'est à chacun ensuite de venir avec sa propre intelligence. On n'est pas là pour proclamer un discours, on pose des questions".

Ecoutez Adèle Haenel, invitée de France Bleu Orléans

Cette pièce, "l'abattage rituel de Gorge Mastromas", est à voir au CDN d'Orléans, du 3 au 5 novembre, puis au Théâtre-Studio d'Alfortville du 9 au 19 novembre.