Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"

VIDÉO - Alain Merle, une vie avec Brassens

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu

Cela fait 39 ans ce jeudi que Georges Brassens s'est éteint, le 29 octobre 1981. À cette occasion, France Bleu Gard Lozère vous fait visiter la "maison-musée" d'Alain Merle. Ce Nîmois a accumulé des milliers d'objets sur le poète au fil des années.

Alain Merle devant la façade de sa maison-musée consacrée à Georges Brassens à Nîmes.
Alain Merle devant la façade de sa maison-musée consacrée à Georges Brassens à Nîmes. © Radio France - Leïla Méchaouri

Chaque année, le 29 octobre est une date très spéciale pour Alain Merle : celle de la mort de son idole Georges Brassens. Le Nîmois de 76 ans accumule depuis son adolescence tout ce qui concerne le chanteur. À tel point que sa maison ressemble à un véritable musée aux mille trésors à dénicher. 

Brassens partout, du sol au plafond

Des dizaines d'affiches tapissant les murs, des vinyles rares, de vieilles cassettes vidéos ou cartes postales par centaines. "Il y en a dans ma chambre aussi, dans toutes les pièces ! Sous les lits, dans les armoires... Ça déborde !", s'amuse le collectionneur. Combien de pièces possède-t-il au total ? Après 60 ans passés à chiner dans les brocantes et les marchés aux puces, Alain Merle est incapable de répondre. "J'en ai sûrement plusieurs milliers, je n'en sais rien !" 

Et parmi ces objets, des pépites comme le moule avec lequel on fabriquait les guitares du chanteur, une planche de sa barque sétoise, l'une de ses pipes et des manuscrits originaux.

"Que celui qui a plus de Brassens que Merle vienne à la maison, je lui donne tout !"

Cette admiration, le Nîmois l'explique parce que "le père Georges" avait toujours le mot juste : "On ne peut pas changer un mot dans une chanson de Brassens". Il aimait aussi la simplicité du poète et son sens de l'amitié à toute épreuve. Amitié qui a bouleversé la vie d'Alain Merle au fil des années : une quinzaine de rencontres au total et quelques repas partagés ensemble. Jusqu'à ce jour d'automne 1981 où le Nîmois perd "un ami, un copain". Trente-neuf ans plus tard, il est toujours aussi ému derrière sa longue barbe blanche en parlant de l'enterrement de Georges Brassens auquel il assisté. "Si je perdais cette émotion, j'ai l'impression que j'existerais moins. Je n'ai pas de femme, pas d'enfant, pas de voiture, pas d'Internet... Je n'ai que du Brassens !"

"C'est Brassens qui me raccroche à la vie."

Une dernière exposition 

Alain Merle revendique plus de 160 expositions de Brassens. Il en prépare une dernière à l'occasion du centenaire de la naissance du chanteur l'année prochaine. Elle est prévue dans le même village où le collectionneur avait rendues publiques ses pièces la première fois en 1982. Le village d'Aumessas dans les Cévennes devrait accueillir cette exposition en juillet 2021. Ultime hommage du "jeunot", comme Georges Brassens l'appelait. 

Leïla Méchaouri visite la "maison-musée" d'Alain Merle, consacrée à Brassens.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess