Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Alfred Grévin, l’illustre inconnu icaunais

lundi 30 juillet 2018 à 18:05 Par Delphine Martin et Thierry Boulant, France Bleu Auxerre

On connait tous le célèbre musée qui porte son nom, mais on ignore souvent qu’Alfred Grévin est né et a vécu dans l’Yonne. Entre Epineuil et Tonnerre.

- Wikimedia Commons/Goupil Cie

Épineuil, France

Avant de devenir un caricaturiste de renom, avant de cofonder le célèbre musée Grévin, à Paris, Alfred Grévin a mené une existence simple et campagnarde, dans l'Yonne. Il est né à Epineuil en 1827 et a commencé sa carrière professionnelle comme employé des chemins de fer à la gare de Tonnerre. 

Un gourmand, bon vivant

A l’âge de 27 ans, il est muté à Paris, mais restera toujours très attaché à la Bourgogne. "C'était un bon vivant", assure Jean-Pierre Fontaine, auteur de deux livres sur Alfred Grévin. 

"A Tonnerre, il y avait des vendanges, des carnavals… et dans sa correspondance avec sa maman, on apprend qu’il était très bourguignon et très gourmand ! Il parle des fromages de Saint Florentin, des haricots de Tonnerre, des noisettes… A cette époque, au XIXe siècle, les Icaunais expatriés à Paris étaient souvent ravitaillés par la famille", poursuit l’historien.

"Dès le collège, à Tonnerre, il suit des cours de dessin et reçoit plusieurs prix" - Jean-Pierre Fontaine, historien

Des prix de dessins dès le collège

C’est donc bien en Bourgogne que tout a commencé pour Alfred Grévin. C’est dans l’Yonne qu’est née et qu’a grandi sa passion pour le dessin. "J'ai retrouvé des dessins, et notamment un autoportrait fait quand il avait une vingtaine d’année. Au collège de Tonnerre, il a suivi des cours de dessin et obtient même plusieurs prix pour la qualité de ses dessins", ajoute Jean-Pierre Fontaine. 

Selon une tradition locale, on dit aussi qu’il aurait, pour se faire de l’argent, peint divers motifs dans l’auberge de Dannemoine, une commune voisine d'Epineuil.

"C'était un bourguignon, il était très gourmand ! " - Jean-Pierre Fontaine, historien

700 000 visiteurs par an

Après sa mutation à Paris, Alfred Grévin devient une star de la presse satirique illustrée du Second Empire. En 1882, le dessinateur icaunais fonde le musée qui porte son nom, avec la collaboration du journaliste Arthur Meyer. Pour les deux hommes, il s’agissait à l’époque de présenter des personnalités qui font la « Une » du journal sous la forme de statues en trois dimensions. 

Le musée Grévin appartient désormais à la Compagnie des Alpes. - Maxppp
Le musée Grévin appartient désormais à la Compagnie des Alpes. © Maxppp - Arnaud Roiné

Dès l’ouverture du lieu, le 5 juin 1882, le succès est immédiat. Et aujourd’hui encore, plus de 130 ans plus tard, le musée Grévin est toujours un des lieux touristiques les plus fréquentés par les familles, avec 700 000 visiteurs par an.

Cet été, le champion du monde Killian Mbappé ou encore les personnages de la série de Netflix "la casa de papel" y ont fait leur entrée. 

Dans l’Yonne, si vous désirez marcher sur les traces d’Alfred Grévin, il reste sa maison natale, située dans la rue principale d’Epineuil. 

Pour aller plus loin