Économie – Social

Fermeture partielle du domaine skiable à Artouste : après le choc, la colère des commerçants

Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn mardi 14 novembre 2017 à 19:35

Les commerçants d'Artouste ne comprennent pas la décision de fermer partiellement la station cet hiver
Les commerçants d'Artouste ne comprennent pas la décision de fermer partiellement la station cet hiver © Radio France - Axelle Labbé

Les commerçants d'Artouste encaissent le coup. Lundi, le conseil municipal de Laruns a voté la fermeture partielle de la station de ski cet hiver. Les professionnels se demandent bien comment ils vont pouvoir tenir.

Le conseil municipal de Laruns a décidé lundi de fermer les remontées mécaniques de la station d'Artouste hors des périodes d'affluence. Elles ne fonctionneront que pendant les vacances de Noël et de février, c'est-à-dire du 23 décembre au 7 janvier et du 10 février au 11 mars. La télécabine sera toutefois ouverte pendant les week-end au mois de janvier et le premier week-end de février pour les randonneurs.

Une façon de faire des économies sur les charges de fonctionnement en fermant tout le mois de janvier explique le maire, Robert Casadebaig. La station accuse un déficit d'un million d'euros, et la mairie va déjà verser 300 000 euros à l'exploitant, Altiservice.

C'est inconcevable - Sandra Béchat, la patronne du Panoramic

Sandra Béchat, la patronne du Panoramic

Pour les professionnels de la station en revanche ce choix est incompréhensible. Sandra Béchat, la patronne du restaurant d'altitude le Panoramic, à l'arrivée de la télécabine, assistait à la réunion avec le maire lundi. Cela lui a rappelé l'hiver 2004-2005. Cette année là, toute la station avait fermé, les commerçants avaient manifesté. Tout cela lui évoque de très mauvais souvenirs : "j'ai eu une réaction de colère très vive, j'étais abasourdie, outrée par cette décision. On revient 13 ans en arrière, on s'est battu et on revient au point zéro. Trois semaines avant l'ouverture de la station, nous annoncer une nouvelle pareille, je ne vois pas ce qu'ils vont développer le week-end. On va soi-disant débattre, en parler, c'était avant qu'il fallait voir tout ça. Il faut continuer le ski, en restant ouvert, même si on développe d'autres activités. Et puis là on est ouvert, on est fermé, ça fait l'amalgame dans la tête des gens. On ne parle pas du Panoramic, on parle de la station, de la vallée. C'est toute une économie derrière, plutôt que d'aller de l'avant, de trouver des solutions on recule, on met un grand coup de frein à main. C'est inconcevable".

À mon avis, c'est le début de la décrépitude la plus totale - Jean-Marc Repeto, moniteur de ski et patron d'une chambre d'hôtes

Elle n'est pas la seule à déplorer cette décision. Jean-Marc Repeto est moniteur de ski à Artouste depuis 30 ans, l'an dernier il a monté une chambre d'hôtes à Gabas. Pour lui, cette fermeture partielle n'est qu'un prélude à une fermeture définitive. Et il met en cause le gestionnaire de la station, Altiservice : "au niveau des caisses déjà, les gens ne sont pas en haut avant 10 heures et demie en pleine saison. Les gars se disputent pour avoir une pelle pour pouvoir travailler! Moi j'estime qu'Altiservice n'a pas fait son boulot, et petit à petit l'état s'est dégradé et on en arrive à ce constat de fait. Moi j'ai pris mes décisions il y a un bon moment en investissant dans une chambre d'hôtes à Gabas. J'ai 59 ans, j'ai plus envie de batailler pour des gens incompétents. J'ai donné beaucoup à la station d'Artouste, et je ne suis pas le seul. Je suis très très déçu. C'est une grosse déception. Et à mon avis c'est le début de la décrépitude la plus totale".

Jean-Marc Repeto, moniteur de ski à Artouste depuis 30 ans

Le maire de Laruns essaie lui de rester optimiste. Robert Casadebaig expliquait ce mardi matin sur France Bleu Béarn qu'il espérait "développer d'autres activités, le ski de fond, le ski sauvage, les balades en raquette, le free-ride, des choses qui ne sont pas que le ski". C'est faisable, estime Corinne Crabé, la directrice de l'office de tourisme de Laruns, car "on ne part pas de rien. On a déjà des activités en place sur ce secteur., avec pas mal de formules de raquettes par exemple, et ça fonctionne bien. Les produits sont là, il faut voir comment on les intègre et trouver d'autres idées d'animations sur la station pour y mettre de la vie. C'est de notre intérêt à tous".

Robert Casadebaig, le maire de Laruns, était notre invité ce mercredi matin. Une interview à réécouter ici.