Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Après les tests ADN, la dépouille de Dali retrouve sa tombe à Figueres

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Le corps de l'artiste catalan avait été exhumé fin juillet pour un test ADN de paternité. Il a retrouvé sa place au sein du théâtre-musée de Figueres dans la nuit de jeudi à vendredi.

La crypte où est enterré Salvado Dali à Figueres
La crypte où est enterré Salvado Dali à Figueres © Maxppp - Roland Holschneider

Salvador Dali est de retour chez lui. La dépouille du peintre catalan, exhumée fin juillet, a retrouvé sa place au sein du théâtre-musée de Figueres, plus précisément sous la coupole où elle se trouvait initialement.

La restitution a démarré jeudi à 18h, et s'est achevée vendredi à 1h15 du matin, a précisé la fondation Gala-Salvador Dali dans un communiqué. Elle précise qu'elle a été réalisée "de manière à préserver l'intimité et la mémoire du maître". Le peintre surréaliste a été à nouveau inhumé en présence d'un notaire et d'un médecin légiste. 

Exhumé l'été dernier pour un test ADN de paternité

Le corps de Salvador Dali avait été exhumé fin juillet après la demande en paternité déposée par Pilar Abel, une Catalane de 61 ans qui assurait être le fruit d'une liaison entre le peintre et sa mère, et qui assurait disposer d'un témoignage probant. Il avait fallu soulever la dalle de plus d'une tonne qui protégeait le cercueil en bois massif de l'artiste pour prélever deux os longs, des cheveux et des ongles afin de les faire examiner à l'Institut de toxicologie de Madrid.

Mais les tests ADN n'ont pas été concluants, "permettant d'exclure Salvador Dali comme père biologique de Pilar Abel", avait alors expliqué la justice espagnole. Les tribunaux ont depuis condamné la demandeuse à assumer les coûts de la procédure, mais celle-ci, qui se dit insolvable, a fait appel de cette décision.

Choix de la station

France Bleu