Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Arcabas, le peintre du sacré, honoré dans la lumière de l'église de Saint-Hugues de Chartreuse

mercredi 29 août 2018 à 14:12 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère

300 personnes ont rendu hommage mardi soir à Arcabas, le peintre du sacré décédé jeudi dernier, dans la petite église de Saint-Hugues-de-Chartreuse mardi La cérémonie s'est tenue au milieu des œuvres de l'artiste, dans ce lieu qui est devenu un Musée de l'Art Sacré Contemporain.

Les obséques d'Arcabas ont été célébrées dans la petite église qu'il a décorée tout au long de sa vie à Saint-Hugues-de-Chartreuse
Les obséques d'Arcabas ont été célébrées dans la petite église qu'il a décorée tout au long de sa vie à Saint-Hugues-de-Chartreuse © Radio France - Véronique Saviuc

Saint-Hugues, Saint-Pierre-de-Chartreuse, France

Arcabas, le peintre du sacré et de la lumière, a été enterré ce mardi sous un grand soleil, à St-Hugues de Chartreuse. 300 personnes étaient là pour rendre hommage à Jean-Marie Pirot, de son vrai nom, le peintre et sculpteur décédé jeudi dernier à l'âge de 91 ans.  

"C'était, certes, pas un homme qui nous emmenait faire du vélo ou construire des cabanes, mais c'était un grand-père merveilleux" — Aurore, petite fille du peintre Arcabas

Véronique Saviuc était dans l'église-musée de Saint-Hugues-de-Chartreuse

La cérémonie s'est tenue dans la petite église de Saint-Hugues de Chartreuse qu'il a décorée toute sa vie de ses tableaux, tentures, sculptures et vitraux, et qui est devenue depuis un musée d'art sacré.  

La lumière qui illuminait les tableaux d'Arcabas inondait aussi l'église et son parvis au moment où tous ceux qui se sentaient proches du peintre sont venus lui dire un dernier au-revoir.

300 personnes ont rendu hommage au peintre disparu dans l'église et sur le parvis où la cérémonie était sonorisée - Radio France
300 personnes ont rendu hommage au peintre disparu dans l'église et sur le parvis où la cérémonie était sonorisée © Radio France - Véronique Saviuc

Les obsèques ont rassemblé, en plus de sa famille et de ses proches, une dizaine de prêtres venus des quatre coins de France, d'Italie et de Suisse, mais aussi des amateurs de ses œuvres, des anciens élèves et des habitants du village.

C'était un homme joyeux, ça se ressent dans sa peinture. C'était le roi des couleurs. (Aurore, la petite-fille du peintre)

Sa petite fille , Aurore a pris la parole pour parler de l'homme, un grand père idéal pour elle. "C'était un homme joyeux, ça se ressent dans sa peinture. Je la trouve lumineuse, c'était le roi des couleurs" a-t-elle dit avec émotion. "Je l'aimais énormément, je l'aurai avec moi longtemps".

Ceux qui ont assisté à la cérémonie étaient entourés des oeuvres colorées d'Arcabas - Radio France
Ceux qui ont assisté à la cérémonie étaient entourés des oeuvres colorées d'Arcabas © Radio France - Véronique Saviuc

Que les anges te conduisent au paradis, Jean-Marie (le prêtre qui célébrait la messe)

"Vivons comme Jean-Marie , au milieu des anges", a invité le prêtre. "Et des anges , il y en a beaucoup ici" a-t-il souligné avec malice. Et c'est vrai que pas très loin à sa droite, il y avait "l'Ange Espiègle" peint sur son vélo  avec des couleurs orange, ocre et bleu , les cheveux et les vêtements flottant dans le vent. "Merci d'avoir peint la lumière du Christ, Jean-Marie", a conclu le prêtre. "Que les anges te conduisent au paradis.."

"Je ressens un vide, mais pas tant que ça, il est toujours là" — Christophe Berthier, le maître verrier avec lequel Arcabas travaillait à des vitraux

Et pendant toute la cérémonie, on avait l'impression qu'Arcabas était toujours là,  dans l'église. Avec son portrait posé dans la nef. Et partout, ses œuvres colorées qui expriment sa générosité et son énergie infatigable. 

Pour Christophe Berthier, le maître verrier avec lequel il travaillait aux vingt-quatre vitraux qui vont orner la Basilique du Sacré-Cœur, à Grenoble, l'artiste est toujours présent dans son atelier quand il travaille.   

Christophe Berthier ressent à la fois le manque, et la présence de l'artiste disparu

Christophe Berthier va continuer l'oeuvre d'Arcabas dans la Basilique, d'après les dessins des vitraux qu'il a laissés et les longues conversations qu'il a eues pendant 20 ans avec le peintre. "Bien évidemment, le petit moment que je passais avec Arcabas à la fin de chaque vitrail va me manquer. Il savait qu'il risquait de ne pas assister à la fin des vitraux, mais le travail suit son cours".

Une partie des 24 vitraux est terminée, certains sont déjà posés dans l'église, d'autres sont en cours de réalisation dans l'atelier du maître verrier.