Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Armada 2019 à Rouen

Quand l'Armada de Rouen s'appelait encore les Voiles de la Liberté

jeudi 28 mars 2019 à 18:42 Par Anne Bertrand, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

L'Armada fête ses 30 ans cette année! Et pour la 7e fois en juin prochain, Rouen s'apprête à accueillir les plus beaux voiliers du monde. En 1989, la manifestation s'appelait Les Voiles de la Liberté. Pour de nombreux Normands, cette 1ère édition reste la plus belle.

 L'Armada, un succès populaire jamais démenti depuis la 1ère édition.
L'Armada, un succès populaire jamais démenti depuis la 1ère édition. © Maxppp -

Rouen, France

A l'époque, le maire de Rouen Jean Lecanuet demande à son adjoint, Patrick Herr, d'organiser un événement pour animer les quais et célébrer le bicentenaire de la Révolution française. "Personne ne connaissait les rassemblements de grands voiliers. On a été les premiers en France à Rouen. Après, on a été suivi par Brest, Toulon, Sète", explique Patrick Herr, toujours président de la manifestation.

30 ans après, il a encore les larmes aux yeux au souvenir de la Grande Parade et des 21 grands voiliers reprenant la mer. "On était tous sur les quais et on pleurait!" Les Voiles de la Liberté attirent des milliers de visiteurs à Rouen. Marie Madeleine garde aussi un souvenir éblouissant: "On n'avait pas les yeux assez grands pour tout voir, dit-elle en riant. Tous les marins avec leur beau costume, leur bateau qui était briqué: c'était grandiose!"

Il régnait un vent de liberté sur cette première édition

Miguel, lui, avait 9 ans au moment des Voiles de la Liberté. Il se souvient très bien du navire portugais, le Sagres II. Sa famille est originaire du Portugal et des marins venaient du même village. Ils ont été invités dans la famille de Miguel et le petit garçon a reçu en cadeau un béret de marin et un couteau pour défaire les nœuds. 

Nathalie était également enfant en 1989. Il régnait un vent de liberté sur cette édition, qu'elle n'a pas retrouvé sur les suivantes: pas d'horaires ni de file d'attente pour visiter les bateaux et des marins très proches du public.  Patrick Herr confirme:"C'était beaucoup plus décontracté que maintenant. Cette année par exemple, on va être obligé de mettre des entrées surveillées avec du barrièrage, des drones, des caméras, etc." 

Sur la page Facebook de France Bleu Normandie (Seine Maritime - Eure), des internautes jugent que l'Armada est devenue une manifestation trop commerciale. Le président a une explication: "En 1989, tous les voiliers venaient gratuitement. Maintenant, on les loue. Et le moindre voilier coûte entre 50 et 100.000 euros pour les dix jours." 

Une dizaine d'heures pour rentrer de Honfleur à Rouen après la Grande Parade

C'est oublier aussi qu'en 1989 il existait déjà des produits dérivés. Et Martine en est très fière. Car c'est elle qui a fabriqué, avec ses collègues de l'usine Aspen 2000 à Rouen, les tee-shirts, sweat-shirts et coupe-vent vendus au nom des Voiles de la Liberté. "On voyait notre travail un peu partout. Surtout qu'à l'époque la confection , ce n'était pas trop valorisant. Donc quand on voyait que ça se promenait un peu partout, on se disait "Tiens, j'ai participé à ça!"

La Grande Parade, qui clôt la manifestation, est un tel succès qu'il faut une dizaine d'heures après pour rentrer de Honfleur à Rouen tant l'autoroute est bouchée, se rappelle Patrick Herr. Immédiatement, on pense à la prochaine édition. Du 6 au 16 juin prochain, ce sera la 7e. Et il y en aura beaucoup d'autres, promet le président de l'Armada. 

Les Voiles de la Liberté : souvenirs, souvenirs