Culture – Loisirs

Astérix : que sait-on du "Papyrus de César" ?

Par Marina Cabiten et Julien Baldacchino, France Bleu mercredi 21 octobre 2015 à 17:33 Mis à jour le jeudi 22 octobre 2015 à 7:46

Lors de la présentation du nouvel album d'Astérix en 2015
Lors de la présentation du nouvel album d'Astérix en 2015 © Maxppp

Astérix le Gaulois revient pour de nouvelles aventures ce jeudi, avec un 36e album publié dans le monde entier. Nous avons pu feuilleter "Le Papyrus de César" aux aurores : voici ce que l'on peut vous en dire.

Obélix est toujours "un peu enveloppé"... même si son horoscope lui conseille de réduire les doses de sanglier. Quant à Idéfix, il a toujours le poil brillant... mais à part ça que sait-on des nouvelles aventures d'Astérix ? "Le Papyrus de César" sort ce jeudi dans les librairies du monde entier. Un 36e album sous le signe de la société de l'information.  

Une arme nouvelle pour César

L'intrigue n'a été dévoilée qu'il y a dix jours, en même temps que la couverture. L'empereur Jules César va publier sa Guerre des Gaules (véritable ouvrage). Mais son éditeur et communicant Bonus Promoplus (inspiré notamment du publicitaire Jacques Séguéla) lui conseille de supprimer le passage sur le village d'irréductibles Gaulois et les humiliations infligées à César. 

Le chapitre en question passe donc à la trappe, mais un exemplaire termine dans les mains de Doublepolémix, "colporteur sans frontières" qui n'est pas sans rappeler Julian Assange, fondateur de WikiLeaks. Celui-ci file au village romain pour prévenir les irréductibles gaulois. Astérix, Obélix et Panoramix préparent alors la contre-attaque, pour rétablir la vérité. 

Huit nouveaux personnages

Outre Bonus Promoplus et Doublepolémix, "Le Papyrus de César" compte six nouveaux personnages. Les auteurs Didier Conrad (dessin) et Jean-Yves Ferri (scénario) ont également donné vie au seul lettré du village, Rézowifix. L'album commence avec la lecture publique du journal et l'on remarque qu'une seule chose intéresse les Gaulois : l'horoscope. Côté Romains, le nouveau centurion s'appelle Ultradetendus, le plus décontracté de tous.

Les nouvelles technologies ont la part belle dans ce nouvel album, dans leur versions antiques. Les romains découvrent les pigeons voyageurs pour envoyer des courriers plus vite... à condition de pas oublier d'accrocher le message – comme nous oublions d'attacher les pièces jointes à nos mails. C'est, forcément, le centurion Antivirus qui est chargé de relever régulièrement les pigeons.  Et dans la forêt, les Gaulois sont guidés par un oiseau bleu qui fait "Twit". 

Succès quasi-garanti

Enfin, même s'il ne s'agit pas d'une certitude, il y a fort à parier que ce 36e album sera un succès d'édition. Le premier tirage annoncé est de 2 millions d'exemplaires rien qu'en français, 4 millions toutes langues confondues. Le précédent album, publié en 2013, s'est vendu à plus de 5,4 millions d'exemplaires en 24 langues et dialectes. 

"René Goscinny et moi avions le sentiment d'avoir tout dit dans Astérix. La preuve que non", confiait récemment le dessinateur historique du guerrier gaulois, Albert Uderzo, 88 ans, qui a posé ses crayons en 2011. Goscinny est mort en 1977, mais la plupart de ses personnages continuent d'exister.