Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Au festival Check in Party, bénévoles et festivaliers font face à la chaleur et à la poussière

-
Par , France Bleu Creuse

Avec une météo au beau fixe et l'absence de pluie conséquente depuis plusieurs mois, le tarmac de l'aérodrome de Saint-Laurent où se tient le festival Check-in Party prend des airs de savane brûlée. Pour les bénévoles et festivaliers, toutes les solutions sont bonnes à prendre pour trouver le frais.

Raphaël et ses amis ont acheté des parasols à Guéret pour se faire un coin d'ombre sur le camping du festival Check in Party
Raphaël et ses amis ont acheté des parasols à Guéret pour se faire un coin d'ombre sur le camping du festival Check in Party © Radio France - Céline Autin

Saint-Laurent, Creuse, France

Depuis jeudi 22 août, c'est une ambiance de feu qui règne sur l'aérodrome de Saint-Laurent, près de Guéret, où se tient le festival Check-in Party. Bien sûr en raison de la programmation rock qui tient pour l'instant toutes ses promesses. Mais aussi parce que les températures atteignent facilement la barre des trente degrés jusqu'en début de soirée. Dans ces conditions, bénévoles et festivaliers trouvent des astuces pour résister à la chaleur. 

Des nuages de poussière soulevés par les voitures

Du côté des bénévoles qui travaillent à l'accueil des festivaliers, le problème principal réside dans les nuage de poussière provoqués par le passage des voitures et camping-cars. Marianne confirme que le travail est parfois un peu pénible, même si elle est équipée : "J'ai tout ce qu'il me faut : des baskets, une gourde, et un masque." La bénévole ajoute dans un éclat de rire que "par contre, les festivaliers ne peuvent pas voir mon sourire à l'entrée !"

Mais elle ne se laisse pas abattre pour autant : le sourire, c'est avec les gestes qu'elle le communique. "Je mime, je fais de la danse tahitienne, je mets mes pouces levés pour dire que tout va bien se passer !" Si elle pense beaucoup à la douche qu'elle va prendre dès qu'elle pourra rentrer chez elle, Marianne est ravie de pouvoir être utile au festival. 

Un tarmac sans le moindre coin d'ombre

Côté festivaliers, c'est le manque d'ombre qui pose problème. Aucun arbre, naturellement, sur l'aérodrome, ne peut venir les soulager. Si certains ont pris des précautions avant de venir, Raphaël et ses amis, originaires de Bretagne, ont fait à Guéret des "achats de première nécessité : pack d'eau, parasols, et un bob motif léopard pour moi" glisse Raphaël. 

Pour se rafraîchir, d'autres ont trouvé la bonne astuce : sortir de l'aérodrome. "On passe nos journées dans les plans d'eau autour de Guéret, détaille Roxane. On amène un pique-nique, c'est très amusant de se retrouver au milieu des familles creusoises. On est dans une ambiance un peu différente."

A côté du camping du festival Check in Party, Zaïre prépare des smoothies qui font le bonheur des festivaliers assoiffés. - Radio France
A côté du camping du festival Check in Party, Zaïre prépare des smoothies qui font le bonheur des festivaliers assoiffés. © Radio France - Céline Autin

Pour les festivaliers les moins courageux, le site offre de nombreuses manières de ne pas mourir de soif, comme les nombreux points d'eau prévus par l'organisation. Les vendeurs de glaces ne manquent pas non plus, et au milieu, le stand de smoothies [légumes ou fruits mixés] de Zaïre et Véronique : "Ça marche très bien pour nous, reconnaît la patronne. Les gens cherchent du frais, du froid, c'est l'idéal !" Elle regrette toutefois que les organisateurs n'aient pas prévu d'abri collectif pour se protéger du soleil.

Choix de la station

France Bleu