Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Au Havre, les piscines municipales coûtent un euro jusqu'au 31 août

Depuis trois ans, la mairie du Havre propose des places de piscine à un euro, entre le 1er juillet et le 31 août. L'objectif : permettre un apprentissage plus large de la natation et faire le plein de nageurs dans ses bassins. Un temps réservée aux jeunes, l'opération touche tous les publics.

Plus de monde, ça veut aussi dire plus de travail et de vigilance pour les maîtres-nageurs !
Plus de monde, ça veut aussi dire plus de travail et de vigilance pour les maîtres-nageurs ! © Radio France - Simon de Faucompret

Le Havre, France

Opération séduction des piscines municipales du Havre (Seine-Maritime) : toutes les entrées sont à un euro depuis le 1er juillet, et jusqu'au 31 août ! Ça concerne les bassins municipaux de la ville actuellement ouverts :

  • Cours de la République au Havre
  • Rue Édouard Vaillant à Caucriauville
  • Rue Florimond Laurent à la Mare Rouge du Havre

Le quatrième bassin, Édouard-Thomas, est actuellement en travaux et pourrait rouvrir à la rentrée ou début 2020 selon l'avancée.

Moins cher, plus fréquenté

A priori, le calcul est simple : "Plus on réduit le prix, plus on permet à des gens de venir nager ... À la longue, c'est rentable, je pense !" affirme Ramon, un nageur habitué qui est venu avec ses deux filles. Bonne surprise, quand on lui a demandé trois euros au lieu de la petite dizaine habituelle ! "C'est vraiment chouette." C'est évidemment le sentiment de tous les usagers, même les moins assidus ! "Je suis venue pour la dernière fois il y a six mois", rit Marie-Josée, accompagnée de ses petites-filles. Mais comme elle habite à dix minutes, dans le quartier de Rouelles ... "C'est intéressant, on y reviendrait plus souvent !"

L'équipe du bassin de Caucriauville a parfois vu passer 300 nageurs en une journée, pendant les fortes chaleurs. - Radio France
L'équipe du bassin de Caucriauville a parfois vu passer 300 nageurs en une journée, pendant les fortes chaleurs. © Radio France - Simon de Faucompret

"On a plus de monde, il faut avoir l’œil partout !" - Jamal, maître-nageur

L'initiative existe depuis trois étés : mais contrairement à la première édition, elle ne concerne pas que les jeunes mais tout le monde. "On a vu beaucoup de seniors, surtout le matin", réfléchit Latifa, agent d'exploitation. Mais il y a surtout des familles avec des jeunes enfants, "notamment l'après-midi ... surtout qu'on a aussi beaucoup de centres aérés." Résultat, sur certaines journées chargées, notamment pendant les canicules : "On a eu jusqu'à 300 personnes en une journée", souffle l'employée.

Dès six ans, voilà qu'on saute allègrement dans les bassins de Caucriauville ! "C'est vrai qu'on a plus de monde, il faut avoir l’œil partout", réagit Jamal, maître-nageur, dans un sourire. "On voit plus de familles que d'habitude. Elles nous posent des questions sur la natation, l'apprentissage ... on est aussi là pour leur partager notre expertise !"

Favoriser l'apprentissage

Cet appel à plonger sans réfléchir (mais toujours en se mouillant la nuque) dans les piscines havraises rentre également dans la politique municipale d'apprendre à nager au plus grand nombre, d'après l'adjoint Sébastien Tasserie en charge des sports. "Le Havre est une ville d'eau", rappelle-t-il. "L'essentiel c'est la répétition ! Plus on va à la piscine, plus on va savoir nager. C'est aussi ce que les familles doivent se dire !"

C'est pour cette raison que dès la rentrée, les scolaires s'accapareront environ un tiers du calendrier de ces bassins municipaux, à l'instar de la période avant les vacances d'été.

Choix de la station

France Bleu