Culture – Loisirs

Au lac de Pont-et-Massène, l'été a un goût très amer

Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne mardi 16 août 2016 à 19:04

Le lac de Pont-et-Massène semble à l'abandon et ne donne pas vraiment envie de rester
Le lac de Pont-et-Massène semble à l'abandon et ne donne pas vraiment envie de rester © Radio France - Arnaud Racapé

Il fait beau, il fait chaud, les oiseaux chantent. Un constat valable partout en Côte-d'Or, sauf au lac de Pont-et-Massène. Interdit à la baignade pendant tout l'été en raison de retards de travaux sur le barrage, c'est toute la base de loisirs et le camping de 150 places qui en paient le prix.

Touristes aux abonnés absents, annulations en pagaille, sans parler de l'état du site, il règne comme une ambiance de fin du monde au lac de Pont (Côte d'Or). Tout juste trois ou quatre irréductibles sont là pour braver l'interdiction de se baigner, à l'image d'Antonin, 18 ans, originaire de Semur-en-Auxois :

Si on s'arrête à l'interdiction, le lac va crever !"

"On y a va tous les jours depuis le début de l'été. Il y a assez d'eau pour se baigner, donc on y va. On est assez grands pour faire attention. L'interdiction, on s'en fout. Si on s'arrête à ça le lac va crever !"

En effet le site fait peine à voir. Le camping est vide ou presque, les abords de la plage pas entretenus, la qualité de l'eau pas très engageante. Et forcément, lorsqu'on est touriste et pas au courant de l'interdiction de se baigner, on est légèrement désappointé en arrivant : Jonathan et ses amis ont fait une heure de route depuis l'Yonne :

"Oui très déçus parce qu'on ne peut pas se baigner, on est obligés de rester à côté, de pique-niquer simplement, et de regarder le lac de loin. D'habitude il y a plein de voitures, là il y en a trois ou quatre. Il n'y a pas de panneau qui indique spécifiquement qu'on ne peut pas se baigner. Donc c'est très étrange."

Une catastrophe à tous les niveaux"

Le plus désolé d'entre tous, c'est sans doute le maire de Pont-et-Massène, Patrick Roux : ce lac, c'est le joyau économique de la commune et il est en train de dépérir : _"Il y a 150 places dans ce camping à raison de 15 euros par nuit en moyenne de mai à septembre, je vous laisse faire le calcul ! Aujourd'hui c'est une catastrophe à tous les niveaux. Toutes les réservations de nos campeurs sont devenues des réservations d'une ou deux nuits, donc là on a cinq ou six campeurs par nuit et on n'a plus de rentrées d'argent." _Une situation qui menace même le poste de la seule employée du camping, dont le sort sera scellé par décision du conseil municipal à la rentrée.

Sur son compte Facebook, la mairie de Pont-et-Massène s'adresse aux touristes et aux administrés mécontents - Aucun(e)
Sur son compte Facebook, la mairie de Pont-et-Massène s'adresse aux touristes et aux administrés mécontents

Je vais attirer l'attention des élus de tout le canton"

Le problème de Patrick Roux, c'est aussi l'entretien des plages. Il s'agit d'une compétence de la communauté de communes, et selon lui rien n'a été fait durant l'été pour tenter de faire rester les touristes malgré l'interdiction de la baignade :

"Quand on se promène sur la plage, ce n'est absolument pas désherbé, ça ne donne pas envie. On a pourtant un atout, c'est qu'on peut faire le tour du lac. Et on a beaucoup de promeneurs. Mais là pour le coup on donne une image qui n'est pas celle que j'ai envie de donner aux touristes de passage. Donc la saison est morte, d'accord, mais ce n'est pas pour autant qu'il faut tout abandonner comme ça. Les compétences de la plage, c'est la communauté, donc j'attends la rentrée avec impatience. Je vais attirer l'attention des élus de tout le canton pour que ça change."

Une réunion publique est prévue début octobre pour annoncer la fin officielle du chantier après deux ans de travaux, 15 millions d'euros d'investissement... et donc deux saisons estivales gâchées pour la commune de Pont-et-Massène mais aussi pour les communes environnantes, à commencer par Semur-en-Auxois.