Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Au Mans aussi on chasse le Pokemon

-
Par , France Bleu Maine

L'application smartphone du jeu Pokémon Go, véritable phénomène mondial est sortie officiellement ce dimanche en France. Même si la plupart des joueurs n'avaient pas attendu cette date pour traquer Pikachu et les autres, ils ont profité de ce lancement pour organiser une chasse géante au Mans.

Céline et Cassandra deux mancelles adeptes de Pokemon Go
Céline et Cassandra deux mancelles adeptes de Pokemon Go © Radio France - François Sauvestre

Le Mans, France

La folie Pokemon Go touche tout le monde. Après un lancement retardé pour des raisons de sécurité et après l'attentat de Nice, l'application est officiellement sortie sur IOS et Android ce dimanche en France. De plus en plus de "chasseurs" de ces petites bêtes devraient s'y mettre. Ils étaient justement 300 joueurs, dans les rues du Mans cet après midi.

Des joueurs de Pokemon Go réunis dans la vieille ville du Mans - Radio France
Des joueurs de Pokemon Go réunis dans la vieille ville du Mans © Radio France - François Sauvestre

Sur Facebook, près de 300 personnes, adeptes de Pokemon Go s'étaient inscrites à cette grande chasse, en plein centre-ville du Mans. Balbutiements de l'organisation, malentendu sur l'horaire, "il n'y a eu finalement aucun départ groupé", comme l'espérait Justin, un peu déçu. Le jeune Manceau de 17 ans, qui traque les Pokemon avec son smartphone depuis deux semaines environ est donc parti avec ses amis, pour arpenter les rues de la ville. Dans le petit groupe, certains ont déjà parcouru plus de 200 kilomètres, grâce ou à cause du jeu, c'est selon.

Miaouss en pleine cité Plantagenêt

L'application oppose en fait trois équipes, rouge, jaune et bleu qui doivent dégoter un maximum d'objets liés au dessin animé des années 1990 ou des Pokemon directement. _"C'est le même principe qu'avec les cartes qu'on pouvait s'échanger, acquérir", explique Charles, 18 ans et joueur passionné. "Mais là c'est avec la réalité augmentée"_, poursuit-il très enthousiaste. Grâce au smartphone et à cette application, les bêtes apparaissent donc dans le décor qui vous entoure. Comme si Miaouss avait subitement décidé de faire une petite virée dans la cité Plantagenêt.

Pikachu en promenade dans les rues du Mans - Radio France
Pikachu en promenade dans les rues du Mans © Radio France - François Sauvestre

En grande majorité, ces joueurs ont entre 15 et 25 ans et ont grandi avec le dessin animé des Pokémon à la télé avant de retrouver le même univers sur console, et donc aujourd'hui via le smartphone. "C'est super" pour Julie, 21 ans qui se replonge dans ses plus jeunes années et qui partage ses souvenirs avec ses amies. Et Cassandra d'ajouter que même si chacun joue avec son téléphone et à les yeux rivés sur l'écran, "ça n'empêche pas le contact, au contraire, on discute beaucoup avec les autres joueurs, on sort dans la rue pour tous se retrouver".

Un jeu qui rassemble, même en famille

Eddy est d'accord avec cet esprit de rassemblement. ce père de famille participe à la chasse mancelle en compagnie de ses deux fils de douze et treize ans. "Ça permet de passer plus de temps ensemble, d'aller se promener tout en étant concentré sur Pokemon Go", explique t-il.

Eddy et ses deux fils jouent en famille à Pokemon Go - Radio France
Eddy et ses deux fils jouent en famille à Pokemon Go © Radio France - François Sauvestre

Mardi dernier, on était 40 à participer à une chasse en pleine nuit, à la lumière du smartphone. Olivia, jeune joueuse de Pokemon Go

Chaque jour et chaque soir, ce sont plusieurs dizaines de personnes qui traquent les Pokemon dans les rues du Mans. Olivia avoue même s'être livrée à une partie de chasse nocturne, entre minuit et trois heures du matin. "On était au moins 40", poursuit la jeune fille, persuadée que le phénomène va encore prendre de l'ampleur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu