Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Au Puy du fou, souriez, vous êtes filmés !

vendredi 28 septembre 2018 à 3:05 Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan

Le parc du Puy du Fou va encore battre son record de fréquentation cette année, grâce à une saison rallongée jusqu'aux vacances de la Toussaint. Comment gérer 2 millions 300 000 visiteurs par an ? Grâce à la vidéoprotection.

Un exemple de caméra de vidéoprotection intégrée dans les décors du parc du Puy du Fou
Un exemple de caméra de vidéoprotection intégrée dans les décors du parc du Puy du Fou © Radio France - Emmanuel Sérazin

Le Puy du Fou, Les Epesses, France

En prolongeant sa saison jusqu'à la fin des vacances de la Toussaint, le Grand Parc vendéen est assuré de battre son record de fréquentation cette année encore, avec 2 300 000 visiteurs attendus d'ici début novembre. Cela en fait le 2ème parc d'attractions le plus fréquenté de France. Pour accueillir cette foule dans de bonnes conditions, le Puy du Fou a misé depuis longtemps sur la vidéoprotection. Les 300 caméras disséminées sur le site de 120 hectares sont utilisées à des fins très différentes. Alors, à quoi servent-elles vraiment ? Des éléments de réponse.

Le rôle de la vidéoprotection au Puy du Fou

Guider et sécuriser les spectateurs

Ces caméras permettent déjà de guider les visiteurs. Ils sont 25 000 personnes dans le parc en plein été. "Ça permet d'éviter de laisser quelqu'un marcher pendant quinze minutes, qu'il arrive sur la zone et qu'on lui dise "désolé y'a plus de places", souligne Jean-Marie Laurent, le directeur d'I3S, le sous-traitant qui développe les caméras du parc depuis vingt ans. 

La vidéoprotection sert aussi à veiller sur les 14 000 spectateurs, dans la tribune de la Cinéscénie. "Depuis le poste de sécurité, ils peuvent guider l'intervention de secours, permettre l'évacuation de la personne qui a fait un malaise et tout ça dans le noir", explique Jean-Marie Laurent.

Le régisseur voit le cascadeur alors que le cascadeur est dans la pénombre et il ne déclenche l'animation que lorsqu'il s'est assuré que le cascadeur est en sécurité" - Jean-Marie Laurent, directeur de l'entreprise qui développe les caméras

Au Puy du Fou, les caméras veillent donc aussi sur le stock de feux d'artifices, l'anneau de Jeanne d'Arc et sur les comédiens en coulisses. Mais évidemment, les caméras ne font pas tout. En haute-saison, près de 200 personnes sont dédiées à la sécurité dans le parc.