Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Auxonne prépare activement son 97e carnaval

-
Par , France Bleu Bourgogne

Dimanche 3 mars à 14h, le 97e carnaval d'Auxonne s'élancera dans les rues de la ville. Les bénévoles mettent la dernière main aux préparatifs de cette fête qui mobilise un millier de personnes.

Patrick Saussier, secrétaire général adjoint du club carnavalesque, devant l'un des chars qui défileront dimanche
Patrick Saussier, secrétaire général adjoint du club carnavalesque, devant l'un des chars qui défileront dimanche © Radio France - Jacky Page

L’antre du carnaval d’Auxonne, c’est un vaste hangar, à la sortie de la ville, où le Club carnavalesque excursionniste auxonnais prépare une fois de plus la fête emblématique de la commune. On y fêtait déjà le carnaval au Moyen-Age, mais c’est en 1922 qu’il est apparu tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Le groupe des AJT a trouvé l'inspiration dans le jurassique, avec ce superbe tyrannosaure - Radio France
Le groupe des AJT a trouvé l'inspiration dans le jurassique, avec ce superbe tyrannosaure © Radio France - Jacky Page

Un tyrannosaure animé

Dans le hangar, d’énormes chars multicolores sont alignés, en attente des dernières finitions. Myriam, une bénévole, est justement en train d’agrafer des fleurs en papier sur une planche. Membre du groupe des AJT, elle travaille sur un char impressionnant. Il représente un tyrannosaure jaune et rouge, pratiquement grandeur nature. Très sophistiqué, c’est aussi un automate, équipé d’un système électrique qui lui fait bouger la tête et les pattes antérieures. « Ça va être sympa, si on ne fait pas peur aux petits enfants ! », commente Myriam, avant de retourner à son fastidieux travail de fixation de fleurs en papier : « je pense qu’on est entre 150.000 et 180.000 fleurs ».

Quand la fête des morts mexicaine rejoint la fête de carnaval auxonnaise - Radio France
Quand la fête des morts mexicaine rejoint la fête de carnaval auxonnaise © Radio France - Jacky Page

Les chars sont composés d’une remorque agricole sur laquelle un plateau de bois est fixé. On y aménage un décor, à grand renfort d’armatures métalliques soudées, puis de grillage de poulailler qui permet de sculpter les formes souhaitées. C’est sur ce grillage que sont ensuite accrochées les milliers de fleurs confectionnées une par une, patiemment, par une armée de bénévoles, qui travaillent parfois en famille, depuis le mois de septembre 2018.

Ambiance safari pour le groupe des Anar'Chiques - Radio France
Ambiance safari pour le groupe des Anar'Chiques © Radio France - Jacky Page

Entrée payante pour couvrir des frais énormes

Face au tyrannosaure trône le char « Fêt’aropark », préparé par un autre groupe, le club des Fêt’Arts. Chaque groupe mobilise ses troupes pour rivaliser d’adresse et d’imagination avec ses concurrents. Il faut avancer les frais, le club carnavalesque excursionniste rembourse sur facture, jusqu’à 2000 euros. Sachant que cette année on verra défiler 25 chars. Précision utile quand on sait que le carnaval est payant : 7 euros pour les plus de 12 ans. Ce que le public ne comprend pas toujours.

« La subvention municipale, c’est 10% de budget », explique Patrick Saussier, secrétaire adjoint du club organisateur. « Tout le reste est financé par les entrées et les confettis que nous vendons. Outre les chars, nous payons aussi les quatre fanfares du corso ».

A gauche, le char de la reine du carnaval et de ses dauphines en 2018, à droite celui de cette année - Radio France
A gauche, le char de la reine du carnaval et de ses dauphines en 2018, à droite celui de cette année © Radio France - Jacky Page

La météo, condition indispensable du succès

Le carnaval, ce sont des chars spectaculaires, mais aussi de splendides costumes portés par plus de 900 personnes dans le défilé. Sandrine est l'une des costumières. Elle s'est occupée des vêtements originaux que porteront les bénévoles chargés de vendre 1, 5 tonne de confettis. Ils seront grâce à elle facilement identifiables dans la foule : « cette année nous sommes en drôles de coucous. Les gens qui participeront à la cavalcade pourront repérer des chapeaux avec des petites maisons, un petit coucou ».

Pour les organisateurs, la seule chose qui ne peut être maîtrisée, c'est la météo, et si le public n'est pas au rendez-vous, les finances du carnaval seront au plus mal , rappelle Patrick Saussier : « ça fait trois années qu’on boit le bouillon, la ville nous a aidés il y a deux ans, quand le conseil municipal a voté une subvention exceptionnelle, parce que là, c’était vraiment une catastrophe ».

Et dimanche, si la température attendue est de 15°, on ne sera pas à l'abri d'une averse, on croise donc les doigts pour les carnavaliers auxonnais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu