Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

FIMU 2018 à Belfort : les "petites mains" dans les coulisses du festival

vendredi 11 mai 2018 à 6:02 Par Caroline Felix, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le Festival international des musiques universitaires approche à grands pas. Belfort va accueillir, du 17 au 21 mai 2018, 100 000 spectateurs et plus de 1800 musiciens des quatre coins du monde. En amont, les bénévoles donnent le maximum pour accueillir tout ce beau monde.

Les organisateurs pourront compter sur 300 bénévoles pendant le festival
Les organisateurs pourront compter sur 300 bénévoles pendant le festival © Radio France - Régine Jessel

Belfort, France

Pour la plupart des Belfortains, les premiers signes de la préparation du FIMU devraient se manifester la semaine prochaine, avec le montage des 21 scènes extérieures et intérieures. 

Mais, depuis plusieurs semaines, les bénévoles du Festival international de musique universitaire turbinent dans la Tour 41, le QG de l'équipe organisatrice. Au cours des dernières semaines avant le festival, l'équipe organisatrice passe de trois personnes à une vingtaine.

Accueillir 103 groupes venus des quatre coins du monde

Ce qui prend du temps, c'est de préparer la venue des 103 groupes. Certains viennent du bout du monde : du Japon, du Mexique du Canada. Il faut leur trouver un logement, gérer la restauration et organiser leurs passages sur scène. C'est parfois un casse-tête logistique pour Léane, stagiaire chargée de l'accueil des groupes : "Parfois il y a des groupes qui mettent du temps à envoyer toutes les informations sur leur programmation musicale, ou qui ont des problèmes de visa. Parfois, on se rend compte au dernier moment qu'un groupe qui ne peut pas venir et demander à d'autres groupes de prendre leur place".

Ce genre d'annulation est rare, mais fait partie logiquement des aléas du FIMU, où les musiciens se produisent gratuitement. Les groupes sont en revanche entièrement défrayés. Le FIMU accueillera cette année 1850 musiciens. C'est plus que l'année dernière, notamment grâce au retour des grands ensembles symphoniques cette édition. Par exemple à lui seul, l'orchestre macédonien "Dragan Shuplevski" représente 130 musiciens. 

La signalétique : "Un travail dont on ne se rend pas compte"

La signalétique est un autre aspect méconnu du travail des bénévoles. "En général on ne se rend pas compte de tout ça mais c'est un gros travail en amont. C'est ultra important que, peu importe où vous soyez, vous ayez toujours une petite info qui vous permette d'aller où vous en avez envie. Et c'est beaucoup de travail de savoir où chaque panneau doit être mis précisément ", détaille Coline Therville, chargée de la communication du festival. 

Au total, une centaine de panneaux concocté par Coline et son équipe vont jalonner le site. 

Suivez le Festival international de musique universitaire de Belfort avec France Bleu et retrouvez toutes les infos sur les concerts dans notre dossier.