Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Besançon : un piano s'installe au CHU

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Depuis ce jeudi 20 juin, un piano est installé dans le hall du CHU de Besançon. Un projet permis par une levée de fonds lancée il y a quelques semaines par la direction de l'hôpital et le mouvement Bisontines-Bisontins.

Le pianiste Damien Groleau est venu inaugurer le piano du CHU jeudi 20 juin.
Le pianiste Damien Groleau est venu inaugurer le piano du CHU jeudi 20 juin. © Radio France - Adeline Divoux

Besançon, France

A l'image des halls de gare, celui du CHU de Besançon est désormais muni d'un piano. La directrice générale de l'hôpital, Chantal Carroger, a eu cette idée en voyant l'instrument mis à disposition dans la gare TGV lorsqu'elle prend le train. "Même si on peut être contre l'idée parce que l'hôpital est un lieu de maladie où l'on souffre, il faut se dire que c'est aussi un lieu d'émotion et de vie", affirme-t-elle. 

"La culture doit rentrer à l'hôpital"

Pour la directrice générale, ce projet amène de la détente dans un lieu dans lequel on ne l'attend pas. Aussi bien pour les patients, que les visiteurs ou le personnel de l'hôpital. "C'est une bulle de bonheur, on joue quelques minutes, c'est la liberté. J'espère que ce projet va fonctionner", glisse Chantal Carroger. Elle ajoute d'ailleurs : "La culture doit rentrer à l'hôpital."

Une levée de fonds pour acquérir le piano

Pour que le projet aboutisse, l'hôpital a été soutenu par le mouvement Bisontines-Bisontins qui a lancé une levée de fonds il y a quelques semaines, d'abord avec les entreprises, puis avec les particuliers sur les réseaux sociaux. "Cela a été très rapide", assure Karim Bouhassoun, l'un des fondateurs du mouvement. "Le piano coûtait 10 000 euros. Nous avons rassemblé 9 000 euros de dons d'entreprises en 4 jours et nous avons récolté les 1 000 euros restants en une seule journée", poursuit-il. 

Gilles Lorimier fait partie de ces donateurs. Ce Bisontin a donné une quarantaine d'euros pour le projet. "J'ai apporté ma petite contribution parce que je trouve que c'est important que les malades puissent bénéficier de musique. Cela peut contribuer au mieux-être à l'hôpital", indique-t-il.