Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : un spectacle de rue à l'aube, sans spectateurs, pour symboliser la "mort du théâtre" à Besançon

-
Par , France Bleu Besançon

Samedi 3 avril 2021, à 6 heures du matin, une soixantaine d'artistes et d'étudiants en théâtre ont incarné un spectacle morne, devant très peu de spectateurs à Besançon. Objectif : symboliser les contraintes actuelles, et la "sensation de vide" dans le milieu de la culture après un an d'épidémie.

Les artistes ont porté un fauteuil de théâtre, comme un cercueil, pour symboliser "la mort du théâtre" tel qu'on l'a connu avant le coronavirus, et espérer un renouveau
Les artistes ont porté un fauteuil de théâtre, comme un cercueil, pour symboliser "la mort du théâtre" tel qu'on l'a connu avant le coronavirus, et espérer un renouveau © AFP - SÉBASTIEN BOZON

Vous ne les avez peut-être pas vus, ni entendus... Pourtant, ils ont joué très tôt ce samedi 3 avril 2021, pour exprimer leur désarroi. À 6 heures du matin, heure de levée du couvre-feu, une soixantaine d'artistes et d'étudiants en théâtre on réalisé un spectacle Place Pasteur à Besançon. Une représentation aux airs de procession mortuaire, pour symboliser "la mort du théâtre" pendant la crise sanitaire. Une action d'une heure, qui a interloqué le peu de spectateurs présents, depuis leur fenêtre.

Faire ressortir la "sensation de vide" ressentie par les artistes depuis un an, et l'envie de "renouveau" 

Vêtus de noir, ils ont entamé une lente déambulation portant, tel un cercueil, un fauteuil rouge de théâtre, suivi d'une coupe de feu, devant de rares spectateurs. "L'heure a été choisie pour rappeler les contraintes actuelles, et la lenteur (de la déambulation) pour évoquer la lenteur du renouveau qui ne vient pas", explique Stéphanie Ruffier, enseignante de théâtre à l'AFP.

Une femme masquée lors de ce spectacle militant et poétique à l'aube à Besançon, sous les yeux de la police
Une femme masquée lors de ce spectacle militant et poétique à l'aube à Besançon, sous les yeux de la police © AFP - SÉBASTIEN BOZON

Un enterrement du théâtre tel qu'on l'a connu - Stéphanie Ruffier, enseignante de théâtre. 

"C'est une sorte d'enterrement du théâtre tel qu'on l'a connu, ce qui n'est pas forcément négatif, c'est aussi une volonté de passer à autre chose," poursuit Stéphanie Ruffier. "La sensation de vide" que ressentent actuellement les artistes est ainsi ressorti de cet "acte poétique", basé sur un extrait du poème "Adieu" d'Arthur Rimbaud, sous le regard de la police.  

Certains habitants interloqués depuis leur fenêtre ont réagi sur les réseaux sociaux :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les manifestants ont inscrit une phrase au sol, déviée d'un vers de Rimbaud, pour marquer leur envie d'aller de l'avant : "Et à l'Aurore, nous.. danserons, chanterons, jouerons...", une envie de renouveau pour tous les acteurs de la culture après un an d'épidémie et de lieux culturels fermés.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess