Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : La Route du Rhum 2018

Revivez notre journée spéciale pour le départ de la 11e Route du Rhum

dimanche 4 novembre 2018 à 9:15 - Mis à jour le dimanche 4 novembre 2018 à 15:15 Par Fanny Bouvard et France Bleu Armorique, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

La 11e Route du Rhum s'est élancée ce dimanche vers la Guadeloupe. Les 123 concurrents ont pris la mer à 14h. Et sur la côte des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes, pour les regarder s'éloigner. France Bleu Armorique vous a proposé une édition spéciale jusqu'à 15h30.

Les trois premiers ultimes qui ont passé la porte du Cap Fréhel.
Les trois premiers ultimes qui ont passé la porte du Cap Fréhel. © AFP - DAMIEN MEYER

Saint-Malo, France

Ils ont pris le large en tout début d'après-midi, dimanche 4 novembre. Direction la Guadeloupe et Pointe-à-Pitre pour les 123 skippers engagés dans cette 11e édition de la Route du Rhum. Les spectateurs ont été très nombreux sur toute la côte, et notamment à la pointe du Groin et au Cap Fréhel, pour suivre ce grand départ. Les concurrents eux sont déjà concentrés sur les prochaines heures, et surtout la météo compliquée qui s'annonce.

Toute l'équipe de France Bleu Armorique en direct dimanche 4 novembre dans le studio de Saint-Malo. - Radio France
Toute l'équipe de France Bleu Armorique en direct dimanche 4 novembre dans le studio de Saint-Malo. © Radio France - Laetitia Cherbonnel

14h40 : Sébastien Josse passe la porte du Cap Fréhel en premier

C'est le maxi-trimaran Edmond de Rothschild de Sébastien Josse qui a atteint en premier les deux bouées placées au Cap Fréhel. Il lui a fallu une quarantaine de minutes. Juste derrière lui, François Gabart sur Macif puis Armel Le Cléac'h sur Banque Populaire.

Chez les monocoques Imoca, c'est Vincent Riou sur PRB qui passe la porte en tête. Derrière lui, on retrouve Jérémy Beyou sur Charal.

14h15 : la jauge des 23 000 spectateurs présents au Cap Fréhel dépassée

L'accès au Cap Fréhel est déconseillé par la préfecture des Côtes d'Armor. La jauge maximale, fixée à 23 000 spectateurs, a été dépassée. Les navettes vers le cap sont suspendues. Beaucoup de spectateurs continuent de se rendre sur place à pied. Les services de l'État conseillent à ceux qui seraient encore sur la route de choisir un autre emplacement.

Plus de 23.000 spectateurs se sont amassés sur le Cap Fréhel. - AFP
Plus de 23.000 spectateurs se sont amassés sur le Cap Fréhel. © AFP - FRED TANNEAU

14h : le départ de la course est donné

Tous les skippers, seuls à bord depuis 4 minutes, ont pris le large. Ils se trouvent au large de la pointe du Groin, ils doivent maintenant passer entre les bouées installées au Cap Fréhel. 

13h20 : tout est prêt dans le Pont-Aven pour que la ministre des Sports donne le top départ

À bord du Pont-Aven, le ferry d'où est donné le départ de la 11e Route du Rhum, la ministre des Sports Roxana Maracineanu a accordé quelques minutes d'interviews à France Bleu Armorique. "C'est un vrai plaisir, sourit-elle. On va être sur la ligne de départ avec tous les skippers et c'est vraiment un grand honneur. Je pense que ces marins sont très courageux. J'ai pu assister au briefing météo et j'ai compris ça allait être difficile une fois au large de l'Espagne."

Le commandant Marré, à bord du Pont-Aven. - Radio France
Le commandant Marré, à bord du Pont-Aven. © Radio France - Brigitte Hug

12h20 : passage d'Emmanuel Chaunu, dessinateur de presse, dans le studio de France Bleu à Saint-Malo

Certes, Emmanuel Chaunu est normand mais c'est à Saint-Malo en terre bretonne qu'il est venu vivre le départ de la 11ème Route du Rhum. À l'occasion d'un passage par le studio de France Bleu Armorique, le dessinateur a croqué quelques caricatures. 

Le dessinateur de presse Emmanuel Chaunu a fait un passage par le studio de France Bleu à Saint-Malo. - Radio France
Le dessinateur de presse Emmanuel Chaunu a fait un passage par le studio de France Bleu à Saint-Malo. © Radio France - Laetitia Cherbonnel

11h50 : les bateaux se préparent au large de la pointe du Groin

Les équipes de France Bleu Armorique ont pris le large pour suivre au plus près les skippers avant le départ de la course. Tout au long de la matinée, les concurrents ont pris position, accompagnés par leur équipe technique. 

Les navires se mettent en place avant le départ. - Radio France
Les navires se mettent en place avant le départ. © Radio France - Céline Guétaz / Brigitte Hug

11h20 : Bob Escoffier pense "faire escale à Roscoff, 48 ou 72h" pour éviter le gros temps qui s'annonce

Le doyen de cette 11e édition de la Route du Rhum, Bob Escoffier pourrait bien faire escale avec son Rhum Mono à Roscoff juste après le départ. Il a expliqué au micro de France Bleu Armorique ce dimanche matin, que "la météo risque d'être un peu violente" pour les premiers jours de course. "Il ne faut pas forcément y aller, j'envisage de laisser passer cette petite prune". Le skipper de 69 ans s'élance pour sa cinquième Route du Rhum. "Moi j'ai un bateau ancien, je suis plus tout jeune non plus, détaille le skipper. J'y vais pas pour me faire mal, j'y vais pas pour me faire peur. Alors on va faire ça comme bon nous semble".

>> Le parcours de Bob Escoffier et les dernières nouvelles, c'est à suivre ici.

10h45: "Les 40 ans de la Route du Rhum libèrent Alain", témoigne Teura Colas, la veuve d'Alain Colas, disparu pendant la première édition

Moment d'émotion ce matin sur le Pont-Aven, ferry à bord duquel est donné le coup d'envoi de la course. Teura Colas, la veuve du navigateur Alain Colas, a jeté un bouquet de fleurs à la mer. "Alain a disparu, je ne l'ai pas vu mort, raconte-t-elle. Et une disparition ça t'accompagne constamment, je vis avec, les enfants vivent avec." Alain Colas a disparu au large des Açores le 16 novembre 1978. Teura Colas a fait le déplacement depuis Tahiti, où elle vit, pour honorer sa mémoire. "Les 40 ans libèrent Alain, je libère Alain".

"Il m'a appelé au secours, et puis il y a eu le bip. Et enfin le silence", Teura Colas se souvient de la disparition de son mari au micro de Brigitte Hug

Teura Colas, dimanche 4 novembre à bord du Pont-Aven, pour rendre hommage à son mari, Alain Colas. - Radio France
Teura Colas, dimanche 4 novembre à bord du Pont-Aven, pour rendre hommage à son mari, Alain Colas. © Radio France - Brigitte Hug

9h30 : "Pas de pluie pour le départ, mais une grosse dépression pour la suite", Sébastien Decaux, spécialiste météo

Depuis plusieurs jours, les conditions météo pour ce départ inquiètent. Sébastien Decaux, le spécialiste météo de France Bleu Armorique, confirme l'arrivée d'un important système dépressionnaire. "Il peut faire peur. Il est sur l'Atlantique et il va s'étirer du Groenland jusqu'au golfe de Gascogne, explique-t-il. Le vent va se renforcer très nettement à partir de mardi, avec probablement des rafales à 40, 50 nœuds. Les creux pourront atteindre 5 à 6 mètres."

Sébastien Decaux, dans le studio France Bleu Armorique à Saint-Malo. - Radio France
Sébastien Decaux, dans le studio France Bleu Armorique à Saint-Malo. © Radio France - Laetitia Cherbonnel

8h : Les premiers spectateurs s'installent au Cap Fréhel

Les tous premiers spectateurs sont arrivés, avec leur lampe frontale, à 7 heures au Cap Fréhel. Une heure plus tard, ils étaient déjà une centaine, dont Christophe et Jean-Paul. Ces deux vosgiens ont un programme précis : "On va se positionner comme il faut, racontent-ils. On est paré pour le froid et la pluie, avec à manger et même le rosé". Et comme tous les passionnés de voile, ils ont un favori. "Arnaud Boissières (sur son Imoca La Mie Câline) parce qu'il a l'air très sympa!".

Les premiers spectateurs arrivent au Cap Fréhel. - Radio France
Les premiers spectateurs arrivent au Cap Fréhel. © Radio France - Jérôme Lebreton

À la pointe du Groin, les spectateurs arrivent aussi, très bien équipés, avec chaises pliantes, jumelles et couvertures. 

Les spectateurs attendent à la Pointe du Grouin. - Radio France
Les spectateurs attendent à la Pointe du Grouin. © Radio France - Timour Ozturk

7h : Entre Cancale et la pointe du Groin "on contrôle l'arrivée des spectateurs", Colonel Nicolas Garrier

Des milliers de spectateurs sont attendus à la pointe du Groin, car c'est au large qu'est donné le départ. Sur place, les contrôles de gendarmerie sont renforcés toute la journée, explique le colonel Nicolas Garrier, commandant du groupement de gendarmerie d'Ille-et-Vilaine. "Nous nous assurons que tout le monde respecte le sens de circulation et les emplacements de stationnement, souligne le colonel. Il y a aussi une réglementation stricte, des arrêtés, pour les drones et les déplacements en mer." 

Les spectateurs arrivent avec le lever du jour à la Pointe du Groin. - Radio France
Les spectateurs arrivent avec le lever du jour à la Pointe du Groin. © Radio France - Timour Ozturk

6h15 : "Une dernière nuit au chaud, en famille, avant le départ", Clément Rivé, chef de projet du SMA de Paul Meilhat

Le Brestois Paul Meilhat s'élance sur son Imoca SMA. Ce matin, son chef de projet, Clément Rivé a passé une heure au micro de France Bleu. Il a souligné l'importance du travail d'équipe. "Paul a pu passer la soirée au chaud, en famille, à la maison, a-t-il expliqué. L'équipe s'est chargée de faire passer l'écluse au bateau et reste à bord toute la nuit." Une équipe qui en revanche ne peut plus aider Paul Meilhat maintenant qu'il est au large, c'est l'une des particularités de la course pour les Imocas. "En aucun, on parle avec lui de météo ou de route à suivre, détaille Clément Rivé. Ça repose sur la bonne foi, il n'y a pas de contrôles."

Clément Rivé, dans le studio de France Bleu Armorique, à Saint-Malo. - Radio France
Clément Rivé, dans le studio de France Bleu Armorique, à Saint-Malo. © Radio France - France Bleu Armorique