Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Bicentenaire de la mort de Napoléon

Bicentenaire de Napoléon : ce sera sans le général Gudin !

-
Par , France Bleu Orléans

Emmanuel Macron célèbre ce 5 mai les 200 ans de la mort de Napoléon 1er. A cette occasion devaient être rapatriés les restes du général Gudin, natif de Montargis, qui ont été découverts lors de fouilles en Russie il y a 2 ans. Mais la diplomatie en a décidé autrement.

Le général Gudin, natif de Montargis, est mort à Smolensk en Russie en 1812, mais ses restes n'ont été retrouvés qu'en 2019
Le général Gudin, natif de Montargis, est mort à Smolensk en Russie en 1812, mais ses restes n'ont été retrouvés qu'en 2019 - DR

En ce mercredi 5 mai, on célèbre le bicentenaire de la mort de Napoléon 1er. Emmanuel Macron prononcera cet après-midi un discours à l'Institut de France, où il évoquera l'héritage laissé par l'Empereur, figure à la fois emblématique et controversée de l'histoire française. Le président de la République déposera ensuite une gerbe aux Invalides, au pied du tombeau de Napoléon.

Gudin, de Montargis à Smolensk...

A l'origine, on devait profiter de cette cérémonie pour rapatrier de Russie les restes du général Gudin, natif de Montargis, et mort à Smolensk, à l'ouest de Moscou, en 1812, lors de la campagne de Russie. Les ossements du général Gudin ont en effet été découverts sur place lors de fouilles entreprises par l'ancien légionnaire français Pierre Malinowski il y a 2 ans, puis authentifiés grâce à des recherches ADN.

La présentation de la dépouille du général Gudin en Russie, à l'été 2019
La présentation de la dépouille du général Gudin en Russie, à l'été 2019 © Radio France - Claude Bruillot

"L'idée d'organiser un tel événement a été lancée par Emmanuel Macron lui-même, lors de la venue de Vladimir Poutine au fort de Brégançon en août 2019, rappelle Christian Bourdeille, le président du Souvenir napoléonien, la plus ancienne et la plus importante association autour de la mémoire de Napoléon. C'était une idée formidable, à double titre. D'abord parce que cela aurait permis d'associer au Bicentenaire ceux qui ont accompagné l'Empereur, et Gudin était très proche de Napoléon, ils ont été élèves ensemble au collège de Brienne, il était l'un des rares à tutoyer l'Empereur ; et ensuite parce que cela aurait été un beau geste de réconciliation franco-russe, puisque le général Gudin est mort lors de la campagne de Russie."

L'impossible transfert aux Invalides

Sauf qu'entretemps il y a eu la crise sanitaire et surtout un regain de tension diplomatique entre la France et la Russie : le dossier de l'Ukraine, et surtout l'affaire de l'opposant Alexeï Navalny, placé en détention dans une colonie pénitentiaire en Russie en février dernier. De très mauvais prétextes, rétorque Albéric d'Orléans, descendant du général Gudin : "La crise sanitaire n'est pas un problème sérieux, un squelette n'a pas besoin d'être testé au Covid-19, ironise-t-il. Quant aux raisons diplomatiques, je ne comprends pas : le général Gudin est mort lors d'une guerre contre la Russie, lui refuser les honneurs alors qu'il s'est battu contre les Russes et qu'il a tout donné à la France, c'est un argument assez étrange."

Albéric d'Orléans ne cache pas aujourd'hui sa déception : "C'est d'autant plus frustrant que les Russes sont très respectueux du général Gudin et désireux de participer aux honneurs qui lui seraient donnés, quels que soient les différends actuels." Les autorités russes ont d'ailleurs écrit en février dernier à la France pour indiquer qu'elles étaient prêtes à restituer les restes du général Gudin, qui reposent actuellement dans un bâtiment administratif de Moscou. Lettre restée sans réponse de la part de l'Elysée, tout comme la demande effectuée plus récemment par Albéric d'Orléans.

"Une occasion manquée"

"C'est une occasion manquée, regrette Christian Bourdeille : le calendrier diplomatique n'a malheureusement pas permis ce rendez-vous. Cela dit, il faudra bien rapatrier un jour les restes du général Gudin, on ne désespère pas !" Et de proposer une nouvelle date : le 5 septembre prochain, jour du cortège mémoriel que le Souvenir napoléonien organisera à Paris entre l'Arc de triomphe et le Louvre : "S'il faut faire un détour par les Invalides, ce sera avec plaisir."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La place du général Gudin est théoriquement réservée aux Invalides, dans le caveau des gouverneurs, entre le maréchal Leclerc et Rouget de L'Isle ; il avait même été envisagé de commander une musique au célèbre compositeur Vangelis. En attendant, le cœur du général Gudin repose toujours dans une chapelle du cimetière du Père Lachaise à Paris : il avait été prélevé sur son cadavre, à la demande de Napoléon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess