Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Bischheim : quand les nageurs bravent les zones interdites à la baignade

Par

Depuis le début de la canicule, le nombre de noyades a augmenté : on en compte une par jour au niveau national. Le 26 juin, un adolescent de 15 ans est mort noyé à Benfeld, dans le Bas-Rhin. Malgré les appels à la prudence, beaucoup se baignent là où c'est interdit, comme à la gravière de Bischheim.

Le plan d'eau de la Ballastière, à Bischheim, comprend un espace restreint où la baignade est surveillée.
Le plan d'eau de la Ballastière, à Bischheim, comprend un espace restreint où la baignade est surveillée. © Radio France - Marie Roussel

Certes, depuis une semaine, on ressent tous cette chape de plomb. Mais la canicule n'autorise pas les baigneurs à plonger n'importe où. Les autorités multiplient les appels à la vigilance, alors que le nombre de noyades a augmenté de manière très significative dernièrement. On parle d'une noyade par jour au niveau national. Mercredi 26 juin, un jeune homme de 15 ans est mort noyé au plan d'eau de Benfeld, dans le Bas-Rhin.

Publicité
Logo France Bleu

A Bischheim, au plan d'eau de la Ballastière, beaucoup de baigneurs préfèrent plonger en dehors de la zone de surveillance, quitte à prendre des risques. Laurent, à l'écart du poste de secours et de la plage aménagée, a posé sa serviette dans l'herbe, juste à côté d'un panneau "baignade interdite". _"Ces panneaux, ils sont juste mis là pour prendre des parachutes, si jamais il arrive quelque chose."  _Il confie lui-même ne pas être un très bon nageur mais préfère "rester là où il a pied".

Des risques élevés dans les gravières

"C'est la responsabilité de chacun, répond le maire de Bischheim Jean-Louis Hoerlé. Lorsque des personnes roulent en excès de vitesse ou ne sont pas protégées, lorsque quelqu'un outrepasse ce qui est toléré : il y a les risques. Et malheureusement, c'est de la responsabilité de chacun de respecter ces règles." Jean-Louis Hoerlé qui rappelle également que les risques de noyade sont particulièrement élevés dans les gravières, puisqu'on peut très vite perdre pied.

Deux à trois maîtres-nageurs vont être mobilisés cet été pour surveiller l'espace baignade de la Ballastière, à Bischheim. © Radio France - Marie Roussel

L'an dernier, un adolescent de 16 ans est mort dans ce plan d'eau. Depuis, la municipalité a ajouté quelques panneaux. Deux à trois maîtres-nageurs sont mobilisés tous les jours pour surveiller la plage. 

Une capacité maximale de 2 200 personnes

"La Ballastière est très étendue, et il y a des endroits où les maîtres-nageurs ne peuvent pas aller, ajoute le maire. Or, leur mission c'est de surveiller l'espace de baignade autorisée. Alors, si un jour quelqu'un d'inconscient risque de se noyer à l'autre bout, le maître-nageur va être obligé d'intervenir. Mais là où c'est très grave, c'est qu'à ce moment-là, il abandonne son poste."

Il suffit d'à peine vingt centimètres d'eau de profondeur pour qu'un enfant se noie.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu