Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Bordeaux : le scénariste de la BD Valérian Pierre Christin se confie avant la sortie du film de Luc Besson

mardi 25 juillet 2017 à 18:17 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde et France Bleu

Pierre Christin est le scénariste de la BD Valérian créée en 1967 avec son compère Jean-Claude Mézières. Il voit son oeuvre adaptée au cinéma par Luc Besson dans le film le plus cher de l'histoire en France. Pierre Christin se dit ravi de voir ses personnages "en chair et en os". Entretien.

Pierre Christin et Jean-Claude Mézières lors d'une dédicace
Pierre Christin et Jean-Claude Mézières lors d'une dédicace © Maxppp -

C'est le film le plus cher jamais réalisé en France. 'Valerian et la Cité des Mille Planètes', film de science fiction de Luc Besson, sort en salles ce 26 juillet. Le film est tiré de la Bande dessinée 'Valerian et Laureline' de Pierre Christin et Jean Claude Mézières. Le scénariste Pierre Christin n'est autre que le co-fondateur de l'IUT de Journaliste de Bordeaux (devenu aujourd'hui Ijba).

France Bleu Gironde : comment a démarré cette aventure qui a conduit à la réalisation de 27 albums depuis cinquante ans et jusqu'à cette superproduction au grand écran ?

Pierre Christin : A l'époque, on était deux jeunes types (moi et mon ami Jean-Claude Mézières) qui rentraient des Etats-Unis où la science fiction battait son plein. En France, il y avait peu de science-fiction écrite et pas du tout de science-fiction en BD. Nous nous sommes dits, quand même c'est dommage ! Et c'est comme ça qu'en 1967, nous avons démarré une histoire publiée dans Pilote, en pensant d'ailleurs que peut-être ça s'arrêterait là... Et maintenant, la voir sur grand écran, ça fait un choc, car la BD c'est un tout petit métier, et le cinéma, c'est un truc gigantesque. Si vous voulez, on est un peu comme des moines copistes médiévaux qui faisaient des petites enluminures, à qui ,tout d'un coup, on dit, vous allez faire un tableau de Delacroix ! ça fait un choc et c'est exaltant.

Un peu comme si on demande à des moines copistes médiévaux de faire un Delacroix

Vous vous êtes rendus à plusieurs reprises sur le tournage du film. Est-ce que Luc Besson s'est montré attentif, respectueux de votre oeuvre ?

Luc Besson est un de nos très vieux lecteurs. Il connaît notre travail au moins aussi bien que nous. Il nous a invité à plusieurs reprises sur le tournage pour des scènes parfois acrobatiques. D'ailleurs Cara Delevingne n'était pas doublée pour les scènes auxquelles j'ai assisté. C'était formidable, pour nous de voir nos personnages en chair et en os. On est confiant parce que c'est un film avec beaucoup de travail et plein de gens de talent. Ce serait vraiment une pitié si le film n'avait pas de succès. ça me ferait du chagrin.

"Pitié et chagrin si le film ne marche pas"

Pas attaché au fait que ça ressemble à la BD

Un auteur a toujours peur que son oeuvre soit dénaturée au cinéma. Est-ce que ça a été votre crainte ?

La BD, est un art avec de tous petits moyens, qui s'adressait dans le cas de Valérian, à un public français, surtout de jeunes garçons. Et tout le charme vient du dessin. Au cinéma, c'est une autre manière de raconter les histoires. C'est un film fait pour un public mondial. Bizarrement, je ne suis pas attaché au fait que "ça ressemble". Ce que j'ai préféré dans le film, c'est tout ce que Luc Besson a rajouté justement. Sinon, on devient un peu un comptable d'une oeuvre. Il faut que le film ait sa logique propre. Ce n'est pas du tout une trahison de l'esprit de Valérian, notamment sur le rapport aux extra-terrestres, le rejet de la xénophobie.. Il faut que tout le monde ait sa chance dans Valérian. Il n'y a pas le combat du bien contre le mal. Et dans le film non plus.