Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Ensemble dans ces temps sombres" : Lio défend le cinéma au Festival du film indépendant de Bordeaux

-
Par , France Bleu Gironde

La neuvième édition du Festival international du film indépendant de Bordeaux est lancée depuis ce mercredi. Une édition restreinte, coronavirus oblige, mais qui a pu se maintenir pour le plus grand bonheur des spectateurs et de la chanteuse Lio, membre du jury.

Lio est membre du jury au FIFIB de Bordeaux 2020.
Lio est membre du jury au FIFIB de Bordeaux 2020. © Maxppp - Maxppp

"On est ensemble dans ces temps sombres. C'est quelque chose qui ne pèse pas que sur les artistes mais sur tout le monde. Le cinéma indépendant doit exister. Toutes les formes de cultures doivent exister" déclare la chanteuse Lio, membre du jury pour la compétition française au Festival international du film indépendant de Bordeaux (FIFIB). La 9ème édition, qui a pu se maintenir malgré la crise sanitaire, a commencé ce mercredi 14 octobre et se poursuit jusqu'au lundi 19 octobre.  "Le cinéma fait quand même rêver les gens, il nous emporte toujours ailleurs" s'enthousiasme Louane, 18 ans, spectatrice assidue du FIFIB. 

Le festival à 70% de ses capacités d'accueil

La 9ème édition du Festival est restreinte. Le village Mably, qui se trouvait dans le centre-ville de Bordeaux, n'a pas pu être mis en place. Il était possible d'y boire et d'y manger tout en assistant à une séance de cinéma en plein air. Le festival qui avait enregistré 25 000 spectateurs l'année dernière ne sera cette année qu'à 70 % de sa capacité d'accueil. "On peut se réjouir que le festival existe. Même si ça reste difficile pour la culture. On pense aux acteurs culturels qui vont être touchés par le couvre-feu" dit Pauline Reiffers, l'une des fondatrices du FIFIB.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess