Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Bourges : dans les marais, on passe de l'automne, au printemps avec la maison de la culture

-
Par , France Bleu Berry

Après l'automne, il y a trois ans, la maison de la culture de Bourges organise sa nouvelle saison dans les marais : c'est donc le printemps jusqu'au 20 juin. Trois artistes vous proposent leurs oeuvres dans deux parcelles des marais de la ville.

Laurence Bernard, devant son oeuvre " Une échappée " en pleine installation, dans les marais de Bourges.
Laurence Bernard, devant son oeuvre " Une échappée " en pleine installation, dans les marais de Bourges. © Radio France - Michel Benoit

La plasticienne, Karine Bonneval s'est intéressée à un sens que les être humains ont en commun avec les arbres : la proprioception, c'est à dire la conscience des limites de son propre corps. C'est elle qui pousse les arbres penchés à se redresser. Elle a donc imaginé une installation interactive : " Pour une fois, c'est une sculpture qu'on a le droit de pratiquer "  détaille Karine Bonneval. " J'appelle cela des agrès justement comme les agrès en sport. Cet agrès va nous permettre d'être penché à 35 ° comme l'arbre disposé juste à côté. Cet arbre a déjà commencé à se redresser. On appelle cela la proprioception. Un sens que nous avons en commun, tout comme la gravitoception. Les arbres ne se redressent pas simplement pour aller chercher la lumière comme on le pensait. Ils ont conscience de leur propre état, comme les hommes. Ces installations nous permettent de partager un moment ce temps de l'arbre qui est beaucoup plus long que le nôtre. Et c'est justement parce qu'il est beaucoup plus long qu'on loupe beaucoup de choses que nous avons en commun avec les plantes." 

" Vertimus " : ces créations nous invitent à vivre comment un arbre penché cherche à se redresser.
" Vertimus " : ces créations nous invitent à vivre comment un arbre penché cherche à se redresser. © Radio France - Michel Benoit

Cinq oeuvres ou installations sont proposées pour nous interroger sur les liens de l'homme avec la nature. Laurence Bernard, de Baugy, dans le Cher, nous propose une création à base de fils et de broderies : " J'ai imaginé qu'une pierre de l'Yèvre et deux pierres de la Voiselle (ndlr : deux rivières qui irriguent les marais de Bourges) , toutes les décennies, sortaient du lit des rivières pour se transformer. Suivant les années, elles se transforment en renards sans queue, en différents personnages. Cette année, elles se sont transformées en personnages translucides qui vont évoluer de la terre vers le ciel. " 

La maison de la culture de Bourges investit les marais de Bourges grâce à trois artistes, trois femmes.
La maison de la culture de Bourges investit les marais de Bourges grâce à trois artistes, trois femmes. © Radio France - Michel Benoit

En mai, , des plants de houblon viendront cacher ces silhouettes pour nous rappeler la force de la nature...  Quant à la céramiste Francine Michel, elle nous invite à réfléchir à la place que nous laissons à l'arbre dans nos villes...  

Francine Michel partage son temps entre la Belgique et le Cher
Francine Michel partage son temps entre la Belgique et le Cher © Radio France - Michel Benoit

Un parcours pédagogique est également organisée pour les enfants à la découverte des curiosités des marais de Bourges (avec l'association Patrimoine Marais). Attention, certaines oeuvres sont accessibles sur rendez-vous. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess