Culture – Loisirs

Bourges : Le transpalette rénové mais toujours aussi rebelle

Par Michel Benoît, France Bleu Berry vendredi 7 octobre 2016 à 17:55

Le transpalette de Bourges compte bien s'inscrire encore davantage dans le paysage de la création contemporaine
Le transpalette de Bourges compte bien s'inscrire encore davantage dans le paysage de la création contemporaine © Radio France - Michel Benoit

C'est un lieu mythique à Bourges de création contemporaine : le Transpalette, sur la friche de l'Antre-peaux, vient d'être entièrement rénové et sera inauguré ce samedi soir (c'est ouvert à tous). Au total, 2,9 millions d'euros seront investis dans la réhabilitation de cette friche industrielle.

Le Transpalette, est donc le premier bâtiment entièrement rénové. Il accueillera des expositions contemporaines. La première s'appelle Entropia et invite trois artistes pour des créations visuelles et sonores. La Friche de l'Antre-peaux n'était qu'un squat dans les années 80. Des artistes ont investi les lieux et l'ont fait vivre durant toutes ces décennies.

D'autres bâtiments doivent être réhabilités - Radio France
D'autres bâtiments doivent être réhabilités © Radio France - Michel Benoit

En 1992, la mairie de Bourges rachetait la friche, et aujourd'hui les collectivités (à 80 %, état et région) réhabilitent les bâtiments. Ce n'est pas du luxe : le Transpalette prenait l'eau de partout, un froid de canard l'hiver et une étude l'été... Tout cela est bien fini. Les artistes et leurs expositions seront accueillis dans de meilleures conditions. Lieu de rencontres de tous les arts, la friche de l'Antre-peaux, gardera, espère Erik Noulette, de l'association Emmetrop, son esprit rebelle malgré ce nouveau confort.

Une première installation sonore et visuelle signée François Chaignaud au Transpalette de Bourges - Radio France
Une première installation sonore et visuelle signée François Chaignaud au Transpalette de Bourges © Radio France - Michel Benoit

La palette des expositions pourra même être élargie avec un travail désormais possible sur les archives, se réjouit Erik Noulette. La friche est également un lieu de résidence : plusieurs dizaines d'artistes accueillis chaque année pour créer, rappelle Damien Sausset, directeur artistique du Transpalette. Trois expositions sont déjà programmées en 2017. Plus que jamais, la friche de l'Antre-peaux se veut un carrefour, un Hub culturel d'exploration et de rencontres des genres contemporains. Et ceci malgré un budget limité : 750.000 euros (dont 25 % en autofinancement). L'association Emmetrop compte 19 salariés. Le Transpalette rénové devrait attirer davantage de visiteurs. Quant à la friche de l'Antre-peaux, elle en a encore pour un an de travaux. Son adresse : 26, route de la Chapelle à Bourges. Venez y découvrir la première exposition : Entropia.

Partager sur :