Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Bourges : une première pierre pour la culture

mercredi 25 avril 2018 à 17:38 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Cette fois -ci, c'est vraiment parti pour le chantier de la maison de la culture de Bourges : la ministre de la culture en a posé la première pierre hier midi sur les pentes de Séraucourt. Ouverture prévue à la rentrée 2020. Un budget de 36 millions d'euros qui reste à boucler.

Françoise Nyssen, aux côtés des élus, pose la première pierre de la maison de la culture de Bourges
Françoise Nyssen, aux côtés des élus, pose la première pierre de la maison de la culture de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

La maison de la culture de Bourges a été la première créée en France, inaugurée par André Malraux en avril 1964. Elle occupe donc une place particulière dans la création française et l'état continuera de l'épauler, a promis la ministre, même si ce n'est pas tout à fait à la hauteur que souhaite le maire de Bourges. 

La future maison de la culture de Bourges doit ouvrir à la rentrée 2020 - Radio France
La future maison de la culture de Bourges doit ouvrir à la rentrée 2020 © Radio France - Michel Benoit

La ministre de la culture, Françoise Nyssen, a insisté : " L'état sera présent pour accompagner ce projet. La maison de la culture de Bourges est symbolique de l'action culturelle en France puisqu'elle fut la première. Elle est symbolique aussi du ministre que fut André Malraux et de l'itinérance culturelle, chère à mes yeux. Depuis neuf ans, son directeur mène une action volontariste pour amener la culture au plus près des publics, neuf ans d'action hors les murs, depuis la fermeture du bâtiment historique. Je sis très attachée à cela. J'ai parlé dans mon discours de mettre sur les routes, les grands lieux nationaux. ce n'est pas parce qu'on habite à Bourges, qu'on n'aurait pas la possibilité de voir un spectacle mythique de la comédie française ou de l'opéra Garnier. C'est d'ailleurs dans leurs objectifs et ils le font. C'est très important de considérer que ces opérateurs ont une mission nationale. " 

Olivier Atlan, directeur de la maison de la culture de Bourges (à droite de la ministre) - Radio France
Olivier Atlan, directeur de la maison de la culture de Bourges (à droite de la ministre) © Radio France - Michel Benoit

Mais pour les actes, côté financement... le compte n'y est pas forcément. L'état versera 6 millions d'euros pour la construction du bâtiment, comme c'était prévu. Pascal Blanc, le maire de Bourges, aurait voulu un peu plus. Il n'a pas été entendu par la ministre : " J'avais demandé il y a deux ans la possibilité que l'état mette un peu plus ! Maintenant, il reste une possibilité de financement par le mécénat. Les choses sont en cours. Il faut du temps. Il ne faut pas précipiter. Mais quoi qu'il en soit, on sera en capacité de financer cette maison de la culture. " La mairie mise sur 2 millions de mécénat privé dont 500.000 euros versés par les sirops Monin. 

Pascal Blanc, maire de Bourges, durant son discours, aux côtés du président de la région centre val de Loire, François Bonneau. - Radio France
Pascal Blanc, maire de Bourges, durant son discours, aux côtés du président de la région centre val de Loire, François Bonneau. © Radio France - Michel Benoit

Coté fonctionnement, l'état versera 1,2 million d'euros par an. Un excellent niveau pour Olivier Atlan, directeur de la maison de la culture de Bourges : " Les clefs de financement sont différentes pour la maison de la culture de Bourges avec un niveau de soutien plus élevé de la part de l'état et bien évidemment symboliquement, Bourges restera Bourges. Et c'est rassurant aussi, puisque cette période hors les murs dure déjà depuis 2009, c'est la période la plus longue jamais connue en France. Et l'état a toujours été à nos côtés, malgré la longueur de cette période." La nouvelle MCB disposera notamment d'une salle de répétition : de quoi favoriser les résidences de création.  Elle comprendra également un grand théâtre de 700 places et deux plus petits de 200 places, deux salles de cinéma et un restaurant.  Notez que la CGT s'est invitée à la cérémonie. Elle a été maintenue à distance par la police. Une délégation a été reçue par un conseiller de la ministre.