Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Bretagne : devenu polémique, le parc d'attraction Avalonys ne verra pas le jour à Guipry-Messac

mardi 3 avril 2018 à 15:28 Par Loïck Guellec, France Bleu Armorique

Le parc d'attraction Avalonys, autour des légendes arthuriennes, ne sera pas construit à Guipry-Messac en Ille-et-Vilaine. En raison de la forte opposition des agriculteurs, ce site est abandonné. Un autre lieu est à l'étude.

Lors de la manifestation des agriculteurs le 30 mars 2018
Lors de la manifestation des agriculteurs le 30 mars 2018 © Radio France - Fanny Beaurel

Rennes, France

La polémique enflait depuis plusieurs mois, finalement la société Enez Aval renonce à implanter un parc d'attraction de 82 hectares sur le site de Cormeré à Guipry-Messac entre Rennes et Redon. Ce parc conçu autour des légendes arthuriennes semblait plutôt bien accueilli par les élus du territoire, mais il devait faire fàce à une fronde des agriculteurs soutenus par la chambre d'agriculture d'Ille-et-Vilaine. Le monde agricole s'est d'ailleurs mobilisé sur place ce vendredi 30 mars.

Autre site à l'étude

Le porteur de projet a décidé de changer de localisation car il estime qu'il y avait clairement un risque d'implantation d'une ZAD sur le lieu retenu : "les conditions de la concertation étaient devenues impossibles, on ne peut pas passer 2 à 3 ans en procédure" explique Aurélien Loro "on a eu une opportunité qui s'est présentée à nous" renchérit le président d'Enez Aval qui refuse de communiquer le nom du nouveau site retenu. En tout cas, plusieurs mois d'étude s'engagent autour de la nouvelle localisation en Bretagne. Ce parc de 82 hectares estimé à 100 millions d'euros pourrait accueillir autour de 500 000 visiteurs chaque année et crééer 200 emplois.