Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

"C'est extrêmement frustrant" : les cinémas alsaciens accusent le coup après une semaine de pass sanitaire

Par

Depuis le mercredi 21 juillet, l'entrée des cinémas est soumise à la présentation d'un pass sanitaire. Au grand dam de leurs gérants, notamment en Alsace, qui affirment que le nombre d'entrées a baissé de 70%.

Le cinéma Star Saint-Exupéry, à Strasbourg, a vu ses entrées baisser de 70% depuis la mise en place du pass sanitaire. Le cinéma Star Saint-Exupéry, à Strasbourg, a vu ses entrées baisser de 70% depuis la mise en place du pass sanitaire.
Le cinéma Star Saint-Exupéry, à Strasbourg, a vu ses entrées baisser de 70% depuis la mise en place du pass sanitaire. © Radio France - Bastien Munch

Comme une impression de gâchis. René Letzgus, gérant des cinémas Vox à Strasbourg et le Trèfle à Dorlisheim, a fait les comptes sur cette dernière semaine : 50% d'entrées en moins pour son premier établissement, jusqu'à 70% pour le second. La faute au pass sanitaire, mis en place il y a une semaine dans tous les lieux accueillant plus de cinquante personnes, dont les cinémas. 

Publicité
Logo France Bleu

"C'est un pourcentage énorme", déplore René Letzgus. "Nous étions bien repartis la semaine d'avant, nous avions retrouvé une fréquentation quasiment égale à la même époque en 2019. Reperdre toutes ces entrées en une semaine, c'est extrêmement frustrant parce que nous avons fait de gros efforts pour rétablir le contact avec le public. Cependant, au bout d'une semaine, on commence déjà à ressentir un petit frémissement. Il faut encore tenir le coup pendant un mois et demi."

Des séances sans pass sanitaire

Pour les cinémas Star et Saint-Exupéry, dans le centre-ville de Strasbourg, les situations sont similaires. A ceci près que ces deux établissements ont choisi de n'imposer le pass sanitaire qu'entre 16h30 et 20h30. En-dehors de cette plage horaire, la jauge dans les salles est abaissée à cinquante personnes. "On ne doit pas se faire ramoner la narine ?", se réjouit Véra, qui arrive à la séance de 14 heures. "Le test PCR, c'est pas super agréable donc quand on peut l'éviter tant mieux !"

"On a trouvé sur internet en tapant : 'cinéma sans pass sanitaire'", Julie, une spectatrice

"On a assez été punis comme ça", se contente de commenter Georges. Avec sa compagne Linda, ils savaient très bien que cette séance ne nécessitait pas de pass sanitaire. C'est d'ailleurs la raison de leur venue. "Vaccinés ou pas, c'est une question de principe, je suis formellement opposée au pass sanitaire pour pouvoir entrer dans un lieu de culture", explique Linda. 

Beaucoup de jeunes se rendent aussi à ces séances sans pass. "On a découvert ça sur internet en tapant 'cinéma sans pass sanitaire'", confie Julie. Nadège est venue profiter du film-événement Kaamelott avec son copain : "Le pass est tombé pile au moment de sa sortie, ça nous a un petit peu dégoûtés... Surtout que pendant longtemps, les vaccins ont été réservés à une seule partie de la population !"

Une "dégringolade" dans les entrées

Mais même avec ces séances sans pass sanitaire, les entrées de ces cinémas de centre-ville sont en chute libre, à hauteur de -70% en une semaine. "Il faut relativiser ce chiffre parce qu'on a eu des entrées très hautes au début du mois de juillet quand il a fait très moche, puis d'un coup il a fait beau la semaine dernière", explique Charline Tabaraud, la programmatrice. "Les gens partent aussi davantage en vacances en ce moment. Mais ça on l'a chaque année. Donc cette dégringolade s'explique bien par le pass."

Le cinéma Star Saint-Exupéry, à Strasbourg, propose des créneaux sans pass sanitaire. © Radio France - Bastien Munch

"Après la mise en place de ce pass sanitaire, beaucoup se sont dit qu'ils n'iraient plus au ciné sans savoir qu'il y avait des séances sans pass sanitaire", continue Charline Tabaraud. "Mais certains ont cherché ces séances spécifiques. Ça s'est notamment ressenti sur le week-end, sur les séances du matin, de début d'après-midi, voire de deuxième partie de soirée, qui sont plus hautes que d'habitude." 

Un pass qui pourrait bientôt devenir obligatoire pour tous les établissements recevant du public, même avec une jauge en-dessous de 50 personnes.

Ma France : Mieux vivre

Hausse généralisée du coût de la vie, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent ainsi une nouvelle consultation citoyenne intitulée “Mieux vivre”. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres.

Publicité
Logo France Bleu