Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"C'est mon préféré !" : les visiteurs de retour pour découvrir le château de Valençay

-
Par , France Bleu Berry

Depuis la deuxième phase du déconfinement, les visites sont à nouveau possibles au château de Valençay. L'un des sites touristiques majeurs du Berry attire déjà de nombreux curieux pour une découverte ou une redécouverte.

Le château de Valencay au printemps
Le château de Valencay au printemps © Radio France - Victor Vasseur

Il y a ceux qui flânent dans les jardins et admirent le château de l'extérieur. Et puis il y a les visiteurs qui pénètrent à nouveau dans l'enceinte même de l'ancienne demeure du prince de Talleyrand. Les touristes sont de retour au château de Valençay et on a pu le constater à l'occasion de ce week-end prolongé de la Pentecôte. Depuis le 12 mai, il est possible de se promener dans le parc. Et la deuxième phase du déconfinement, le 19 mai, a autorisé le retour du public à l'intérieur du château.

Pas besoin de réservation pour visiter le château de Valençay

Certains visiteurs sont des locaux. D'autres viennent de loin après un long trajet. Laurent vient de Saint-Omer, dans le Nord. "C'est un régal. Ce qui m'a impressionné, c'est la salle à manger, toute la table est dressée, comme si il ne manquait plus que d'accueillir les convives et de faire apporter les plats", sourit celui qui découvre le château de Valençay. 

Dans ce monument historique de l'Indre, pas de file d'attente comme au château de Chambord. La direction a fait le choix de ne pas demander de réservation pour accueillir les visiteurs. "C'est un point extrêmement positif. Pour nous, ça a été une des raisons pour laquelle nous sommes venus ici", souligne Béatrice, venue de Paris. "Et pour en avoir déjà visité une dizaine, c'est mon préféré sur les châteaux de la Loire, il est vraiment à taille humaine", ajoute-t-elle.

Voir du public après une si longue attente, c'est un peu déconcertant pour les équipes du château de Valençay. "Quand on était fermé, j'ai surtout fait des archives, préparé l'exposition, puis maintenant qu'on a rouvert, je peux enfin voir du public. Cela fait bizarre après tous ces mois mais c'est mieux", explique Hugo Rotureau, en service civique depuis début janvier. 

Une exposition passionnante sur les œuvres du Louvre accueillies en 39-45

La particularité de la réouverture du château de Valençay après une longue fermeture depuis le 30 octobre 2020, c'est qu'elle s'accompagne d'une exposition retraçant l'époque de la Seconde Guerre mondiale. A partir de septembre 1939, plusieurs œuvres d'art du Louvre sont abritées dans différents sites en France. Le château de Valençay accueille notamment la Vénus de Milo et la Victoire de Samothrace. 

Des documents d'archives, des photos d'époque, des coupures de presse ont été récupérés auprès d'habitants. Et les locaux ont répondu présents. "On a reçu pas mal de réponses. Une personne qui habite d'ailleurs pas très loin - les gens veulent souvent rester anonyme - m'a écrit en me disant : 'Mais je connais telle personne qui était le boulanger de mon village et qui, en réalité, a été gardien de nuit.' Alors, il ne savait pas ce qu'il gardait. Peut-être a-t-il lui-même gardé la Vénus de Milo, qui sait !", témoigne Sylvie Giroux, la directrice du château de Valençay. 

Et cette collecte n'est pas finie car d'autres habitants se signalent pour partager des documents pouvant intéresser le château. "Cela nous amènera certainement soit à faire une autre exposition, soit à faire des publications, en tout cas, ça vient de partout en France", se félicite la directrice.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess