Culture – Loisirs

Carmela, la première championne de l'aïoli dans les Pyrénées-Orientales

Par Cyrille Manière, France Bleu Roussillon dimanche 13 août 2017 à 12:03

Carmela, première femme de la nouvelle confrérie catalane de l'aïoli
Carmela, première femme de la nouvelle confrérie catalane de l'aïoli © Radio France - Cyrille Manière

La nouvelle confrérie catalane de l'aïoli est née.. Elle a organisé son premier concours international et c'est Carmela qui a conçu le meilleur aïoli dans les règles de l'art.

Quelques passionnés ont corrigé un oubli de l'histoire ! Ils ont créé la première confrérie de l'aïoli dans les Pyrénées-Orientales. Pour marquer l'événement, près de Torreilles, au Jardin d'Ariane elle a organisé son premier concours international d'aïoli. Une dizaine de participants est venue tenter sa chance.

La plupart des concurrents venaient du département. Il y avait Cédric avec son fan club de Maury qui espérait bien décrocher le titre mais son aïoli a tourné à la soupe à l'aïl. Une participante venait du pays basque espagnol et n'a pas dû échouer loin du podium. Michel de Perpignan a terminé à la deuxième place avec son aïoli très très relevé. Carmela, de Saint-Laurent-de-la-Salanque a été une des premières à terminer et rien qu'à l'aspect elle a fait partie des sérieuses candidates au titre.

Avant les compétiteurs, le cuisinier Florian Vallespi était venu montrer l'exemple dans cet exercice qu'il maîtrise et affectionne.

"Il faut le refaire l'année prochaine"

Après avoir courageusement goûté toutes les compositions, dans une odeur d'aïl très présente sous le chapiteau, le jury a délibéré. Carmela a remporté le titre et devient la première femme membre de la confrérie catalane de l'aïoli. Chaque participant avait un trentaine de minutes pou concevoir son aïoli avec à disposition huile, aïl, sel, éventuellement vinaigre et bien sûr surtout pas d'oeuf !

Ce coup d'essai pour la confrérie est ultra concluant et le deuxième concours international devrait à nouveau être organisé l'été prochain. C'est vraiment le but pour la confrérie et Gérard Durand : "Oui, il faut le refaire l'année prochaine, il faut lancer la machine dans les Pyrénées-Orientales pour avoir quelque chose autour de l'aïoli parce qu'on parle tout le temps de notre cargolade, de notre folklore mais il manquait l'aïoli et maintenant c'est chose faite".

Espérons encore plus de participants l'année prochaine car le but du concours était aussi de déguster les aïolis conçues avec les grillades mais en quelques doigts trempés dans les pots, les dix pots d'aïoli ont été vidés.