Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Carnet rose à la Haute Touche !

-
Par , France Bleu Berry

Ces dernières semaines, les naissances se multiplient sur le parc zoologique : des louveteaux, un lynx, des faons, des lémurs sont nés depuis le début du printemps.

L'un des bébés loup d'Europe né cette année à la Haute Touche aux côtés de sa mère
L'un des bébés loup d'Europe né cette année à la Haute Touche aux côtés de sa mère - © MNHN Patrick Roux.JPG

Obterre, France

5 louveteaux d'Europe, 3 louveteaux de Mackenzie, 6 chiots dhôles, une petite gaur, des faons, un éland du cap, des lémurs, et même un lynx... et ce n'est pas fini... d'autres naissances sont attendues d'ici la fin de l'été. "Nous sommes très heureux ! Par exemple, cela fait trois ans que la femelle lynx a des petits, mais chez les lynx, il arrive que les jeunes femelles ne soit pas en capacité d'élever les petits. Pour la première fois, elle s'occupe de son bébé et les visiteurs commencent à les voir sortir ensemble ! Nous avons aussi un aiglon pycargue à queue blanche dont les parents là aussi s'occupent..." explique le directeur Roland Simon.

Autant de naissances qui séduisent les visiteurs et attirent le public. Mais ce n'est pas le seul objectif : la réserve de la Haute Touche travaille à des programmes de conservation d'espèces en voie de disparition dans leur milieu naturel en vue d'une éventuelle réintroduction. "

"Nous avons une trentaine d'espèces faisant partie de programmes internationaux d'élevages pour essayer de préserver la génétique de ces populations captives. Cela fait l'objet d'échange planifié entre différents parcs d'Europe"

Des cistudes réintroduites en milieu naturel

Certains de ces animaux sont ensuite réintroduits dans leur milieu naturel. C'est le cas par exemple des cistudes d'Europe, qui, si elles restent courantes en Brenne, ont quasi disparu au 19ème siècle en Savoie et sont donc réimplantées progressivement. 

"Très peu de ces espèces vont finalement être réintroduites. L'idée des parcs zoologiques c'est de préserver des populations de sauvegarde et s'il y avait des besoins en milieu naturel de certaines populations, soit de les renforcer, soit de faire de la réintroduction, ces populations-là seraient disponibles". 

Pour favoriser la croissance de certaines espèces très menacées, le parc utilise des mères porteuses : " Notre corps de métier, ce sont les biotechnologies de la reproduction. Donc on fait de la GPA pour les espèces sauvages mais dans une finalités de conservation d'espèces très menacées. Ces techniques permettent d'amplifier la capacité reproductrice d'une femelle. Par exemple, une biche peut avoir un petit par an. En prélevant les ovocytes et en les fécondant, on peut les faire porter par une autre biche d'une espèce voisine, mais plus commune et ainsi avoir plus de faons de l'espèce rare".

Le parc de la Haute Touche expose 120 espèces différentes d'animaux installés sur près de 450 hectares

Choix de la station

France Bleu