Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Celles et ceux", le documentaire qui suit la renaissance du hameau fantôme du Lac du Salagou

-
Par , France Bleu Hérault

Comment redonner vie à un village en ruine, exproprié 50 ans plus tôt ? Un documentaire est diffusé ce lundi sur France 3 Occitanie, qui suit la réhabilitation de Celles au bord du Salagou. France Bleu Hérault a rencontré son réalisateur et ceux qui travaillent à la reconstruction.

Les nouveaux habitants de Celles devraient emménager d'ici quatre à cinq ans.
Les nouveaux habitants de Celles devraient emménager d'ici quatre à cinq ans. © Radio France - Marie Ciavatti

Le film commence par une fête en septembre 2019, les 50 ans du Lac du Salagou dont la mise en eaux a signé l'abandon du hameau de Celles un demi-siècle plus tôt. Il n'a finalement jamais été englouti mais est peu à peu tombé en ruine. Pendant deux années le réalisateur de "Celles et ceux", Maxime Boilon, a suivi ceux qui œuvrent pour faire renaître le village. 

Depuis ce jour de fête où les femmes de l'équipe municipale (celles) accueillent symboliquement les premiers nouveaux habitants (ceux). L'histoire d'un rêve et d'une renaissance, diffusée sur France 3 Occitanie ce lundi à 22h45.  

Pas de village carte postale

Quand en 1992 la mairie reçoit la propriété du bâti, elle aurait pu choisir de le vendre à la découpe. Les acquéreurs ne manquaient pas. "C'est assez rare, voire unique qu'un mairie récupère le foncier et se dise "qu'est-ce qu'on en fait ?" On a une page blanche, souligne Maxime Boilon. Mais c'est une petite mairie avec peu de moyens. Or détruire ça coûte cher. Reconstruire coûte cher. 

Toute l'originalité du projet a été de dire on va prêter les ruines, on va pas faire de spéculation... Elles (les élues) ne voulaient pas avoir un village de carte postale avec des boutiques de souvenir. Elles voulaient un village avec des familles et des enfants qui vivent et travaillent sur place." 

"Toute l'originalité du projet a été de dire on va prêter les ruines, on va pas faire de spéculation..." Maxime Boilon

Elles ont privilégié l'environnement, la mixité sociale, une vie économique locale. À charge pour les familles de rénover leur ruines, mais elles n'ont seront jamais vraiment propriétaires. Une voie exigeante et sinueuse qui demande du temps et de la confiance. 

"Beaucoup de fantasmes autour de Celles". Maxime Boilon

"On est en train de perdre le village."

Pourtant une course contre la montre est engagée. "Il y a bien longtemps que les maisons n'ont plus de toiture, les murs sont fatigués. On est en train de perdre le village. Dans quatre ans on sera obligé de le raser, pour raison de sécurité."

Constat sans détour de Vincent, le premier et pour l'instant le seul habitant qui ait pu lancer son chantier. "Il fallait que je me lance, tout en essayant de bien faire. C'est aussi pour motiver les autres, pour dire ça y est... L'assainissement est arrivé. On reconstruit. Pour moi, construire ma maison a du sens".  

Vincent, nouvel habitant de Celles, sur le chantier de sa future maison.
Vincent, nouvel habitant de Celles, sur le chantier de sa future maison. © Radio France - Marie Ciavatti

"Il y a bien longtemps que les maisons n'ont plus de toiture, les murs sont fatigués." Vincent, nouvel habitant du hameau.

"Ici j'ai appris à ne plus donner de date". Clément Dumoulin, chargé de la réhabilitation.

Deux autres permis de construire sont à l'instruction. À Celles, site classé et atypique, toute procédure prend du temps. "Ici j'ai appris à ne plus donner de date" explique Clément Dumoulin, chargé de mission à la réhabilitation.

"Mais aujourd'hui le village est viabilisé, c'est un étape importante. On a fait venir le réseau d'assainissement, d'eau potable. On a la fibre grâce au département. Maintenant on travaille à l'arrivée des nouveaux habitants." Lui et les élus rencontrent d'ailleurs six candidats à l'installation le 2 février prochain. Les premiers emménagements sont prévus d'ici quatre à cinq ans.

"Ce n'est pas une propriété collective, ce n'est pas une propriété privée..."

La mairie travaille, elle, sur la réhabilitation d'un bâtiment municipal qui sera le cœur économique du village avec une maison des entreprises, un espace de coworking et un espace de réunion. Son projet collectif et participatif avance pas à pas.

Notamment sue le statut juridique des nouveaux habitants. "Pour l'instant on a retenu le système du prêt à usage qui était utilisé en son temps sur le Larzac : ce n'est pas une propriété collective, ce n'est pas une propriété privée..." raconte Clément Dumoulin. Un cadre qui a fait fuir les investisseurs avides de spéculation. 

Celles se reconstruit. Reportage

Celles écrit son histoire, jalonnée de multiples obstacles administratifs et juridiques, qui imposent patience et rigueur. Mais une histoire optimiste. "Ce village je l'espère joyeux, que l'on garde une part de rêve, conclut Clément Dumoulin. C'est un projet qui est né à partir d'un rêve"

A Celles, 19 logements pourraient être réhabilités sur les dix prochaines années.
A Celles, 19 logements pourraient être réhabilités sur les dix prochaines années. © Radio France - Marie Ciavatti
"Me lever chaque jour pour aller sur le chantier, construire ma maison, ça a du sens." Vincent, nouvel habitant de Celles
"Me lever chaque jour pour aller sur le chantier, construire ma maison, ça a du sens." Vincent, nouvel habitant de Celles © Radio France - Marie Ciavatti
Choix de la station

À venir dansDanssecondess