Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

À Châlons-en-Champagne, un artiste égaie les plaques d'égout

dimanche 30 juillet 2017 à 4:34 Par Florian Royer, France Bleu Champagne-Ardenne

À Châlons-en-Champagne, de plus en plus de plaques d'égout sont décorées de motifs et de petits personnages. Cet étonnant projet a été lancé par un artiste local l'année dernière, après un an de pourparlers avec la mairie. Ces plaques bariolées étonnent les habitants.

Une des premières plaques peintes par Thomas Barbey
Une des premières plaques peintes par Thomas Barbey © Radio France - Florian Royer

L'artiste châlonnais Thomas Barbey a choisi un support original pour peindre. Il s'agit des plaque d'égout de sa ville. L'année dernière, il a commencé à dessiner dessus, après avoir obtenu l'accord de la mairie. "Ce sont des objets peu regardés, voire totalement dépréciés", reconnaît-il. Mais il estime que leur nombre offre "une opportunité énorme pour donner l'envie en gens de sourire le matin". Thomas Barbey peint selon ses envies, avec des thèmes et des styles différents.

Des plaques qui avaient servi de tests - Radio France
Des plaques qui avaient servi de tests © Radio France - Florian Royer

Les plaques d'égout de Châlons se retrouvent peu à peu couvertes de dessins colorés. Parfois, en marchant dans la ville, il croise des personnes qui prennent les dessins en photos ou s'amusent à les chercher. "C'est un peu mon salaire", s'amuse t-il. L'entreprise est bénévole, "et même altruiste, ajoute Thomas Barbey, puisque c'est nous qui achetons le matériel de peinture".-

L'idée fait des adeptes

L'idée de l'artiste a été suivie par certains habitants. À présent, il l'a même un peu lâchée pour se consacrer à d'autres projets. C'est une retraitée châlonnaise qui a en partie repris le flambeau. Thomas Barbey en est heureux, cela prouve que le projet plaît. Cela permet aussi de varier les genres. Le mot d'ordre, c'est "pas de thème, pas de style" insiste t-il. Chacun peut y aller de son envie, pas besoin d'être un peintre talentueux.

Les œuvres sont éphémères. Exposées à la pluie et aux semelles des passants, elles s'usent et disparaissent vite. Pour l'instant, Thomas Barbey et les sympathisants du projet ont décoré quelque 150 plaques. "L'objectif, c'est de faire toutes celles de la ville", affirme l'artiste, soit environ 3 000 plaques.