Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Chambéry : la fin des palmiers du Manège

lundi 30 octobre 2017 à 5:32 Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie

Les palmiers du Centre des congrès du Manège de Chambéry vivent leurs dernières heures. D'ici demain soir mardi, ils auront disparu pour être remplacés par une variété moins expansive. Ils se sont tellement plu sous le soleil de la Savoie qu'ils ont trop poussé.

Les quatre palmiers du Centre des congrès de Chambéry ont tellement poussé depuis près de 30 ans qu'ils menacent désormais la verrière
Les quatre palmiers du Centre des congrès de Chambéry ont tellement poussé depuis près de 30 ans qu'ils menacent désormais la verrière © Radio France - B.Dupin

Chambéry, France

Le responsable des Espaces verts de la ville de Chambéry se souvient qu'au début des années 90, quand l'architecte a inclus ces quatre palmiers dans son projet, la question n'était absolument pas "mais jusqu'où vont-ils grandir ?" mais plutôt "vont-ils résister au climat savoyard ?". Près de tente ans plus tard la réponse ne se discute pas : oui, les palmiers arrivés d'Espagne à l'époque ont adoré le chaud soleil de la Savoie sous les vitres du Centre des congrès du Manège.

Ils ont aussi très bien su résister aux courants d'air froid l'hiver, malgré les mauvais traitements au rythme des ouvertures-fermetures des portes automatiques du bâtiment. Au point de doubler de taille pour atteindre désormais près de dix-huit mètres de hauteur, et venir lécher dangereusement la verrière, menaçant même son étanchéité. Déjà en 2015 les premiers signes d'alerte ont été lancés. Cette fois le verdict est tombé : il faut couper.

Pourquoi couper et pas déplanter?

Le calcul a été vite fait : sachant que quatre palmiers de près de dix-huit mètres de hauteur menacent l'étanchéité et la sécurité du bâtiment, qu'ils ne pourront sortir que par les deux portes d'accès de deux mètres sur deux, comment les extraire du Centre des congrès ? En les coupant. Dès ce lundi, l'entreprise d'élagage L'Agenais, installée aux Marches, viendra d'abord couper les palmes tout en haut, puis coupera les troncs par morceau, pour n'en laisser qu'un à deux mètres de hauteur.

Quatre autres palmiers à la place début 2018

L'étape suivante n'est pas encore programmée mais envisagée fin janvier début février, selon le planning des événements du Manège : il s'agira d'enlever le reste des troncs et les souches des palmiers (dans des bacs de béton en sous-sol) pour en replanter quatre nouveaux. Et donc refaire la même erreur qu'il y a trente ans ?

Sur le choix des palmiers, le responsable des Espaces verts de la ville explique : "On est reparti sur le choix de l'architecte de l'époque qui avait décidé de mettre un palmier -une colonne donc-, devant chaque arche du porche de l'entrée du Manège. On s'est posé la question de savoir si d'autres essences allaient tenir dans la verrière, dit Daniel Briand. Le palmier a fait ses preuves".

Une autre variété qui pousse beaucoup moins (le Washingtonia Robusta de Californie) a été retenue. Les palmiers plantés il y a près de trente ans mesuraient dix mètres à leur arrivée, les nouveaux feront la moitié. Des spécimens répondant aux contraintes chambériennes ont déjà été repérés en Italie. Restera à organiser le transport. L'opération est entièrement financée par la Ville, soit environ 32 000 euros. L'acquisition et la plantation des nouveaux palmiers constituent l'essentiel de la dépense.