Culture – Loisirs

Chasse : la fédération de Moselle mise sur la formation pour éviter les accidents

Par Thomas Jeangeorge, France Bleu Lorraine Nord vendredi 30 septembre 2016 à 10:22

La Moselle compte 10 000 chasseurs
La Moselle compte 10 000 chasseurs © Maxppp - Christophe Watier

Deux juments ont été abattues par erreur le 20 septembre dernier par un chasseur. C'est un événement regrettable pour la fédération départementale des chasseurs de Moselle, dont la priorité reste la sécurité.

Le 20 septembre au soir à Guénange, Un chasseur qui avait repéré des sangliers dans un champ a ouvert le feu et a abattu par erreur deux juments. Quatre jours plus tard, à Fentange, au Luxembourg, une belge de 48 ans qui se trouvait sur la terrasse de sa maison a reçu au visage une balle perdue. Elle a été gravement blessée. Un groupe de chasseurs qui se trouvait non loin de là est soupçonné par la police locale qui poursuit actuellement ses investigations. Pour la fédération départementale des chasseurs de Moselle (FDC57), ces deux accidents sont extrêmement navrants.

Une arme non déclarée à Guénange

Dans le cas de l'accident de chasse de Guénange, le directeur de la FDC57, Arnaud Steil, précise qu'au moins 6 règles de sécurité auraient été enfreintes par le chasseur. Son arme n'était notamment pas déclaré et il a tiré en direction d'une route, ce qui est formellement interdit. La fédération départementale des chasseurs de Moselle envisage de se porter partie civile dans cette affaire et de lui retirer son permis de chasse. Pour Arnaud Steil, l'auteur des coups feu est tout simplement " irresponsable ".

Quatre fois moins de tués depuis 15 ans

La FDC57 rappelle aussi qu'en France, le nombre d'accidents mortels de chasse a été divisé par 4 depuis 2000. Sur la saison 2015/2016, l'office national de la chasse et de la faune sauvage a relevé 10 accidents mortels dont un en Moselle en janvier dernier près de Sarrebourg. Depuis 15 ans, les fédérations de chasseurs ont mis l'accent sur la formation pour réduire le nombre d'accidents et l'état a aussi durci la réglementation.

320 candidats l'an passé

Dans l'agglomération messine, c'est au ball-trap club de Verny, que l'examen du permis de chasser se déroule. Les candidats ont préalablement suivi auprès de la FDC57 une formation théorique et pratique d'une durée de 19 heures. L'examen dure une quarantaine de minutes et il est composé de 5 exercices en pleine nature. Il y a évidement des questions d'ordre général, des passages d'obstacles avec arme, une simulation de battue aux sangliers, du tir réel, ainsi qu'un atelier concernant le transport du fusil ou de la carabine en véhicule.

L'examinateur dépend de l'office national de la chasse et de la faune sauvage. C'est un inspecteur " pointilleux et intransigeant qui ne laisse rien passer " assure Raphaël Wittische, formateur à la FDC57. Pour décrocher ce permis de chasser, le candidat doit obtenir un minimum de 25 points sur 31 possible. S'il écope de 3 avertissements, il est éliminé. Et s'il commet une infraction grave au règlement, l'épreuve s'arrête pour lui. En Moselle, le taux de réussite à l'examen du permis de chasser avoisine les 72%. L'an passé, 320 candidats ont tenté leurs chances.

Des contrôles inopinés

Ce permis de chasser ne suffit pas. Pour pouvoir participer à des battues aux sangliers ou chasser le lapin, le chasseur doit également être assuré et il doit disposer d'une arme réglementaire et déclaré en préfecture. Le permis de chasser n'est pas un permis à points mais il peut être retiré . Des opérations de contrôle inopinées sont d'ailleurs assez régulièrement menées par l'office de la chasse et de la faune sauvage ou par l'office national de la forêt. Lorsque la situation l'exige, l'état peut aussi restreindre le droit de chasse, comme ce fut le cas en Haute-Savoie récemment.

Ce fusil a implosé. Il n'avait pas été contrôlé par son utilisateur.  - Radio France
Ce fusil a implosé. Il n'avait pas été contrôlé par son utilisateur. © Radio France - thomas Jeangeorge

32 000 chasseurs en Lorraine

La région Grand-Est compte 84 000 chasseurs, dont 32 000 rien qu'En Lorraine. La Moselle offre à elle-seule, 463 000 hectares de surface chassable. La chasse la plus pratiquée est celle au grand gibier (sanglier, cerf, chevreuil ). En Alsace-Moselle, il existe un site internet qui recense et géolocalise les battues menées sur les trois départements concernés.

Raphaël Wittisch, formateur à la FDC 57 (à gauche) et Arnaud Steil, le directeur  - Radio France
Raphaël Wittisch, formateur à la FDC 57 (à gauche) et Arnaud Steil, le directeur © Radio France - thomas Jeangeorge