Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Chic ou popu le Jumping de la Baule ?

jeudi 17 mai 2018 à 19:13 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

612 500 euros de dotations. Une vingtaine de nations, 150 concurrents, 300 chevaux et 40 000 spectateurs attendus. La 58ème édition du Jumping de la Baule se déroule jusqu'à dimanche.

La 58ème édition de Jumping de la Baule a débuté ce jeudi au stade François André.
La 58ème édition de Jumping de la Baule a débuté ce jeudi au stade François André. © Radio France - Pascale Boucherie

La Baule, France

Le gratin du monde hippique international se déplace à la Baule. L'ambiance est chaleureuse et sportive. Et surprise, les stands du Village sont inhabituels. La marque "Hermès" par exemple expose des selles.

Le stand de la célèbre marque connue pour ses "carrés". - Radio France
Le stand de la célèbre marque connue pour ses "carrés". © Radio France - Pascale Boucherie

Il y a un stand "crêpes", et quelques mètres plus loin un "bar à champagne" aussi, où la coupe -si le client le souhaite- peut s'accompagner de foie gras.

Le bar à champagne du Jumping de la Baule. - Radio France
Le bar à champagne du Jumping de la Baule. © Radio France - Pascale Boucherie

"Ça s'est démocratisé"

"La Baule c'est un peu chicos" concède Gilda qui vient tous les ans au Jumping et trouve pourtant que "ça s'est démocratisé puisque à une époque l'entrée était payante". 

"Il y a des gens du cheval comme des gens qui n'y connaissent rien"

Quentin lui aussi est un habitué. Il salue une ambiance qu'il ne retrouve sur aucun autre concours hippique.

Ce qui est particulier c'est l'ambiance, tous les jours les tribunes sont pleines avec des gens qui viennent dès le matin même si ils n'y connaissent rien".

Des chevaux bichonnés

Le couple star c'est bien sûr le cheval et son cavalier, mais dans l'ombre il existe aussi un "troisième homme" : le groom. Un métier peu connu. Sorte de "nounou" du cheval, c'est lui qui accompagne la bête dans tous ses déplacements et prend soin d'elle. 

Ces jours-ci les chevaux ont besoin d'une attention particulière en raison de l'épidémie de rhinopneumonie qui touche le milieu équestre.  "Les concours ont pris des dispositions variables; nous il a été décidé de faire des examens cliniques à tous les chevaux en arrivant avec prise de température puis suivi quotidien matin et soir" précise la vétérinaire du Jumping Anne-Juliette Gosse.

Pour le moment aucun cheval n'est interdit de compétition.

Les chevaux attendent leur tour dans leur box derrière la piste. - Radio France
Les chevaux attendent leur tour dans leur box derrière la piste. © Radio France - Pascale Boucherie